Jump to content
Diane

Chairs niées..

Recommended Posts

Gabriel Montigny

Il m'est difficile de commenter votre poème, tant sa beauté me subjugue littéralement.

 

Il y a dans ces vers une force peu commune qui se dégage, dans le choix quasi halluciné d'images qui n'ont pas fini de me hanter. Cette course de lévriers suivis de leur ombres et dont les ventres sont pleins de ce qui ne sera pas est proprement magnifique.

 

Une langue qui n'a d'autre vitalité que la liberté de laisser courir ses mots comme des cris étranglés par une émotion dont je ne sors pas.

 

Un cœur tout entier pour ce poème aux lévriers de vent.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Il y a 14 heures, Diane K. a dit :

enjambent les hauteurs malgré leur nudité 

Bonjour @Diane K. , Bravo pour ce formidable concentré de poésie , inouï et surréaliste (on pense à Jodorowksy ou Arrabal),

des fulgurances hallucinées et  une violence qui laisse hagard; A l' instar de @Gabriel Montigny , je n' ai pas de mots,  Coup de cœur.

ps: votre texte fait peut- être référence au sort commun de certains lévriers de course?..)  😋

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Il est difficile de plaquer une réalité derrière ces vers d'une puissance qui m'a subjuguée. L'envoûtement est total. Je me suis laissé porter, littéralement, pas vos mots.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

J'ai eu du mal à rentrer dans ce poème...Les images sont troublantes et déroutantes mais la poésie comme toujours reste souveraine alors bravo!

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Voici un poème qui remporte l'unanimité ! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell

J'ai lu votre poème plusieurs fois, à chaque fois je l'ai trouvé aussi beau.

Merci.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

@Gabriel    @ Eathanor    @  Filae    @ Joailes   @ Frédéric   @ Muriell 

 

Grand merci aux courageux qui se sont aventurés à laisser un commentaire sur ce texte sombre et dur

qui sort un peu -beaucoup- de mon registre habituel !

 

Leurs encouragements m'ont fait plaisir, car il est toujours un peu risqué de sortir de ses sentiers

intimes et connus. 

 

Diane

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 27/04/2019 à 19:40, Diane K. a dit :

la terre bavait des torrents d'odeurs de marguerites
échevelées et nues
coeurs jaunes déchiquetés de chaleur

 

Le 27/04/2019 à 19:40, Diane K. a dit :

Au loin le ciel se couvre de pierres de pluie

Les nuages boivent à corps perdus ces fumées de la nuit
bulles de mousse de suie

Un texte d'une grande force hypnotique aux mots scalpels qui hurlent le "dérangeant" . Fort et beau. 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 4 heures, Seawulf a dit :

 

Un texte d'une grande force hypnotique aux mots scalpels qui hurlent le "dérangeant" . Fort et beau. 

Oui, le "dérangeant", c'est cela...et ça souffle fort. Comme en mer souvent.

 

Merci loup de mer . 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Posted (edited)

Je me permets de revenir à votre texte, éclairé par un de vos commentaire par ailleurs, où vous indiquez avoir fait allusion à des événements dramatiques de notre histoire. Sans totalement éclairer le texte cela lui donne peut être la raison de sa force inouïe. La métaphore devenant humaine, l'horreur de ce que vous décrivez prend des allures universelles.

 

Ces lévriers de vents qui fuient l'atroce continuent de me hanter. J'y vois des frères humains surgis du passé.

Edited by Gabriel Montigny
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
il y a une heure, Gabriel Montigny a dit :

Je me permets de revenir à votre texte, éclairé par un de vos commentaire par ailleurs, où vous indiquez avoir fait allusion à des événements dramatiques de notre histoire. Sans totalement éclairer le texte cela lui donne peut être la raison de sa force inouïe. La métaphore devenant humaine, l'horreur de ce que vous décrivez prend des allures universelles.

 

Ces lévriers de vents qui fuient l'atroce continuent de me hanter. J'y vois des frères humains surgis du passé.

Vous avez en effet bien suivi Gabriel.

 

Les lévriers s'envolent en pluies de cendres

les nuages, niche ultime,  seront leur urne  

chairs niées, charniers, charriés par les vents.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Diane K.,

 

L'ambiance est lourde et légère à la fois, ni noire ni blanche, mais grise comme l'ardoise !

Et les lévriers des vents qui parcourent cet espace interlope...

Tu connais Trélazé dans le 49 et ses anciennes mines d'ardoise ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Subjuguant, étonnant, déchirant et rassurant à la fois. Quelles immenses images ! Bravo et merci pour la leçon.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Merci pour ce magnifique poème surréaliste dont chaque vers contient une image fulgurante et pourrait être isolé comme un poème en lui-même.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland
Le 27/04/2019 à 19:40, Diane K. a dit :

Les ombres ont couru s'imprimer sur les murs obèses
elles lèchent les parois de leurs lèvres glacées
enjambent les hauteurs malgré leur nudité 
 S'envolent avec elles les noirs lambeaux de peine
morceaux d"amour cousus des fils de leurs chaines

 

Bonjour @Diane K.

J'ai lu et relu ce passage pour en appréhender derrière la beauté de forme, toute la profondeur.W

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Poème difficile, car il n'a pas de sens unique. C'est une symphonie violente, aux images de Cumes, la Pythie nous met-elle devant nos propres tourments ?

 

Mais vos images sont comme toujours d'une beauté fulgurante.

 

Claude dit Outrehorizon

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Le 30/04/2019 à 18:00, Marc Hiver a dit :

@Diane K.,

 

L'ambiance est lourde et légère à la fois, ni noire ni blanche, mais grise comme l'ardoise !

Et les lévriers des vents qui parcourent cet espace interlope...

Tu connais Trélazé dans le 49 et ses anciennes mines d'ardoise ?

Ce n'était pas franchement ma destination mais bon....la grisaille de Trélazé pourquoi pas ? ^^

je ne connais pas , pas plus d'ailleurs que Houellebecq ne doit connaitre Niort . 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 20 heures, Papy Adgio a dit :

Subjuguant, étonnant, déchirant et rassurant à la fois. Quelles immenses images ! Bravo et merci pour la leçon.

Que de qualificatifs gratifiants ! merci merci pour cet enthousiasme revigorant ! 

 

Il y a 7 heures, Jeep a dit :

Merci pour ce magnifique poème surréaliste dont chaque vers contient une image fulgurante et pourrait être isolé comme un poème en lui-même.

C'est trop .  Je vous remercie infiniment Jeep

 

Il y a 6 heures, Nomal' sland a dit :

Bonjour @Diane K.

J'ai lu et relu ce passage pour en appréhender derrière la beauté de forme, toute la profondeur.W

Je vous ai aperçu plusieurs fois ici, oui, et cela me conforte que mon texte n'était finalement pas si

rébarbatif que cela !

Merci beaucoup NMS

Il y a 2 heures, Outrehorizon a dit :

Poème difficile, car il n'a pas de sens unique. C'est une symphonie violente, aux images de Cumes, la Pythie nous met-elle devant nos propres tourments ?

 

Mais vos images sont comme toujours d'une beauté fulgurante.

 

Claude dit Outrehorizon

Pas de sens unique, mais une idée fixe pourtant.

Oui c'est violent, oui c'est difficile. 

Je ne suis ni Pythie ni Sybille, mais j'espère que les prophéties ne se réalisent pas toujours.

Merci Outrehorizon.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Posted (edited)

Bonsoir  @Diane  ,je reviens sur ce texte (4 mois après sa parution initiale) pour proposer une grille de lecture complètement personnelle.

 

                Associant Chairs niées à Charniers je postule que votre texte parle de la Shoah à travers un aspect:  l' univers crématoire

- Chairs niées -> charnier mais également la négation qui était faite aux juifs de leur qualité d' être humain à part entière

- lévriers          -> référence non seulement la maigreur  mais également la vitalité que symbolise la vitesse,

- carreau ardoise grise -> matériau très présent dans les salles où étaient  pratiqués des expériences 'pseudo' médicales  car facile à laver

- cendre             -> résultat de la crémation

- marguerites,cœurs jaunes->  étoiles jaunes distinctives des juifs des ghettos

- ombres ->  référence à 'dés que la main retombe .... (Jean Ferrât)

-murs obèses -> relatifs à l' appétit gargantuesque des fours crématoires

-les corps nus  même en lambeaux  et enchaînés resteront jusqu' au bout et avant tout des morceaux d' amour

- fumées  de la nuit  ->  résultat de la crémation + référence à 'nuit et brouillard' de Resnais

-bulles de mousse  -> de la chair résiduelle a servi pour faire de la graisse à savon (interprétation sous réserve)

- les enfants qui ne sont pas nés -> femmes enceintes

- l' ardoise a crevé les carreaux du temps (pour moi le chef d'oeuvre de ce texte) , -> dans beaucoup de camps les ardoises ont été

    remplacées par des carreaux de verre plus modernes et plus faciles  à entretenir

-il faut donc comprendre -> La vérité finira par percer quels que soient les moyens mis en oeuvre pour la cacher, matière ou mensonge.

- l' église officielle  (Pie XII) est  citée pour sa prise de position  parfois très ambiguë  par rapport au sort fait aux juifs   

     et la chapelure fait écho à la cendre , même texture du à l' effritement 

 

Je ne reviens pas sur le fond, me contentant de souligner  la performance de ce texte aussi abouti qu' obscur , et qui  est celle de l' écriture:

                                                                 Montrer mais  ne rien dire  (à moins que ce ne soit le contraire)

 

 

Edited by Filae77
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Un grand merci @Filae77  pour cette analyse a posteriori mais ô combien efficace et si juste !

 

Tout est rigoureusement exact et bien perçu, hormis les bulles de mousse , j'ignorais ce fait effroyable.

 

Vous avez effectué là un gros travail de lecture et relecture, de désir de saisir le sens du texte,

et je vous en félicite et vous remercie encore pour vos appréciations qui me sont précieuses.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77

Merci  @Diane ,  je pense que @Gabriel Montigny  avait perçu le sens général sans toutefois le traduire dans les détails.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 5 heures, Filae77 a dit :

Merci  @Diane ,  je pense que @Gabriel Montigny  avait perçu le sens général sans toutefois le traduire dans les détails.

En effet , je n’ai pas relu tout le fil, mais il me semble que oui.

 

Si je devaìs avoir un regret sur ce texte, est qu’il n’ait pas été retenu pour la Coupole dorée à l époque plutôt que mon autre petit poème "l averse"

beaucoup plus léger et plus populaire il est vrai..

 

Mais Vox populi...et @Eathanor en ont décidé ainsi 😉

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

@Filae77

Je salue votre remarquable travail d'analyse de ce texte que je tiens pour un des plus forts que j'ai lu dans ma vie.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77

Un grand merci   @Gabriel Montigny   ma démarche de réanalyse  d' un texte paru il y a 4 mois était j' imagine ,motivée par des sentiments puissants

si ce n' est une impérieuse nécessité.

Je tiens encore à souligner  le remarquable travail de @Diane,  qui n'a pas nommé son texte 'Charniers' pour ne pas donner  de clef de compréhension.

et je sais que cette idée vous passionne : au fond qu' est-ce que dire et qu'est-ce que montrer ?   

Enfin et puisque la vérité est un devoir:(je ne suis pas Juif) je reviens sur un aspect qui n' a jamais été évoqué , l' horreur de la crémation dépassait le 

traitement fait aux corps, c' était une offense faite à leur culture ,sachant que la religion Israélite interdit l 'incinération de ses défunts

(valables pour les 3 religions du livre)   

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...