Jump to content
Sign in to follow this  
Joailes

La petite princesse

Recommended Posts

Joailes

C'était au bord d'un lac, je me souviens des clapotis d'avril et des premières hirondelles téméraires.

Je somnolais en attendant les truites,  guetté par les mites dans mes oripeaux de vieux pêcheur. 

Elle est arrivée, comme ça, avec une petite nappe blanche à carreaux rouges, un saucisson et un gros sac de chips dans ses bras.

Une princesse moderne née dans le désert d'un bord de lac désert. 

Elle m'a demandé, l'air de rien, « as-tu de l'eau ? »

Je l'ai regardée bêtement sans l'entendre, de l'eau, disait-elle, de l'eau ?

Elle en avait la voix, elle en avait la lumière.

Elle était l'eau !

 

Je fus pris dans les plis de sa jupe bleue, dans les ondes dorées de ses longs cheveux.

J'ai essayé d'avoir des mots pour avoir l'air moins idiot.

J'étais venu pêcher, je n'avais qu'une musette, des vers et quelques hameçons.

Il me restait quelques leurres, pour ne serait-ce qu'une heure avec Elle.

Elle avait ce parfum de caprice d'avril.

J'en oubliai les poissons, fussent des truites …

et me perdis dans ses yeux vairons.

 

Pour un seul carreau de sa petite nappe blanche à carreaux rouges, une demi- rondelle de saucisson et le quart d'une de ses chips, j'étais prêt à lui offrir le lac, le cœur en vrac.

C'est ce que j'ai fait.

 

Elle s'est lassée, très vite.

Le lac était trop petit, mon cœur pas assez grand.

Je ne savais même pas dessiner l'eau.

 

Elle écoutait Schubert, elle avait l'air triste

 

J'ai rangé mon attirail.

Je suis devenu fan des truites que me pêchait Schubert,

au travers du regard d'Elle

on a vécu ainsi de chips et de saucisson

d'eau fraîche,

 

Elle s'est recroquevillée dans ma musette

sa petite nappe à carreaux rouges pliée

où il restait quelques miettes

avec deux petits elfes qui tenaient ses poignets

 

J'ai commandé un coucher de soleil, pour la garder encore un peu.

Je n'osais plus bouger, de peur de la casser.

Elle avait toujours soif.

 

Las des promesses des avrils suivants,

j'ai fini mon saucisson, mes chips

j'ai plié proprement mon grand mouchoir à carreaux rouges,

et puis je l'ai lancé

aussi loin que j'ai pu …

 

tempête de sable

en pleins tourbillons

sous les ponts,

 

ce souvenir

d'Elle qui m'avait dit « as-tu de l'eau »

au bord d'un lac 

m'est revenu

 

Un parfum éphémère,

m'a ramené des caprices d'avril

 

 

et ce coucher de soleil

où, encore, brillent quelques miettes

d'Elle

sur des notes de Schubert.

 

Cette fois-ci, je n'ai plus rien

et j'ai tout

un éclair dans le sable

sur du béton jaune. 

Et Elle. 

 

(J.E. Avril 2019)

  • Aimé 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Cette petite princesse qui danse sur la truite de Schubert est aussi rafraîchissante que ravissante.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell

Un monde enchanté pour cette petite princesse assoif fée.  J'ai aimé ce pique nique charmeur, ton poème fait du bien ! 

Merci !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Je plussoie @Muriell sur toute la ligne !

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Un coeur juste pour les yeux vairons de la pécheresse ! Mais pour le reste aussi à déguster avec ou sans saucisson.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...