Jump to content
Frédéric Cogno

A ta source

Recommended Posts

Frédéric Cogno

Dans le flot jaillissant des nymphes aguicheuses,

Plaintives floraisons, voici que tu ruisselles,

Chaloupée par tes reins, tes cuisses féticheuses,

Encline à divulguer ton coulis de libelles.

 

Transporté de désir, de flottaisons d'avril,

Après avoir loué les remous du nombril,

Un filet de mousson incisé d'une idylle

M'invitent à lécher d'étranges victuailles.

 

Un nuage de sang à la moue tatillonne,

Des décoctions d'azur rouges veinées d'automne,

Un lilliput rose au kyrie eleison,

Ont offert à ma langue un jouet pour le Braille.

 

Parfums d'apesanteur...Aveuglé par ton goût,

Je te lape plus flasque et pulpeuse à souhait,

De spongieux grabuges en soliloques mous,

Dans l'ouïe des mutants je te lis à longs traits.

 

Et tes tumeurs d'écume aux franges de dentelle

Rougeoient de lapilli sur ma langue scalpel,

La gueule de l'iguane en ourlet de polypes,

De pétales cousus se découd sur ma lippe.

 

L'éphéméride odeur des feuillets clitoris

D'estampes de poulpe sur pustules d'anis,

Lie dans la lanoline un tajine d'iris

Qui me noie dans un jus aux vertus très occultes.

 

T'ai-je toujours léchée pour que tu sois louange

Vénérable pythie au vagin pulpe orange?

Je me plais à sucer le pétiole d'un ange

Rose de graminées pour les gorgées du culte.

 

Et chaque libation de mes lèvres à ta vulve

Mouchette en la clappant de sveltes sonatines,

Pastille édulcorée d'un hachis du Vésuve,

Je me dois de goûter ta bisque cornaline.

 

Pénélope, Eulalie...Ô prénoms d'embrasures!

Héléna et Lola en guise de bouture!

Ventilée au LA las ...cette fleur d'embouchure

Épelle un muscle né d'une scission soyeuse.

 

Le diable allèche un chœur sur l'incipit de Pline,

Le trou du Tibre en feu égratigne Agrippine,

Et ma bouche en Zambèze au débit de ton spleen

Fait de ton joli sexe un radeau pour fiévreuse.

 

Méandres d'un delta écorchés d'eaux salines,

Tes vapeurs vont friser d'oniriques lianes,

Un sphinx prêt à plonger d'une orchidée marine

Dans la nuit nénuphar croupit sous tes miasmes.

 

Diffas et draperies dans l'autarcie des roses,

Jardin de subsides pour les flux de gala,

Un mufti me traduit sur ma langue lactose,

L'oasis des Chérifs, le salut du naja...

 

 

  • Aimé 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane K.

Ouh la la ..ouh la la... traversée méthodique et gourmande d'un triangle des bermudes

où visiblement vous ne vous êtes pas perdu ..! 

Bien tourné comme d'habitude.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Bonjour @Frédéric Cogno

 

Eh bas ébat! un texte bien léché!  Pour cueillir  le pistil de cette fleur du mâle, vous avez su maitriser la langue de Baudelaire !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fleur de poème

Un texte qui nous fait voyager au cœur d'une sensualité gourmande !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Encore un beau voyage dans la fièvre de l'instant et les géographies concaves et convexes (ou qu'on vexe !!!)... Bravo Fred.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Un zéphir des sens ... érotique, sensuel, superbe ! La source est osée, limpide, et entraîne dans ses tourbillons ! Bravo, Frédéric pour ces doux frissons 🙂 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Un poème somptueux d'images, de métaphores , de beautés poétiques d'une grande densité. Un érotisme où je ne trouve pas d'adjectif pour en exprimer  la grande beauté sensuelle, qui en fait n'est qu'une gerbe d'amour !

 

Poétiquement vôtre

 

Claude

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Merci à vous Diane, Nomal's land, Fleur de poème, papy, Joailes, Outrehorizon pour vos commentaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell
Posted (edited)

J'ai aimé votre poème parce que il est extremement sensuel et ne s'en cache pas donc pour revêtir sa forme élégante il va chercher des images qui affolent et n'oublient aucuns de nos sens. Et puis par ci par là des références au sexe feminin au détour d'un vers, référence pudique et directe qui apporte en plus que de l'érotisme un jeu de séduction avec le lecteur.

Par exemple

Le 20/04/2019 à 09:51, Frédéric Cogno a dit :

 

Le diable allèche un chœur sur l'incipit de Pline,

Le trou du Tibre en feu égratigne Agrippine,

Et ma bouche en Zambèze au débit de ton spleen

Fait de ton joli sexe un radeau pour fiévreuse.

J'ai adoré  ! 

Edited by Muriell
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc

J'ai aimé et souris plus d'une fois.  La forme est très belle et les images très suggestives et j'ai vraiment apprécié.

Mais le tout me laisse l'impression que le plaisir a plus été dans la recherche (réussie) d'une concentration d'expression originale et de références culturelles que dans le jeu des corps avec la belle. Je me suis bien amusé et j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture mais cela n'a suscité en moi aucun transport et m'a géométrie est restée invariable.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell
il y a 25 minutes, Marc a dit :

Mais le tout me laisse l'impression que le plaisir a plus été dans la recherche (réussie) d'une concentration d'expression originale et de références culturelles que dans le jeu des corps avec la belle. Je me suis bien amusé et j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture mais cela n'a suscité en moi aucun transport et m'a géométrie est restée invariable

C'est "amusant" parce que moi j'ai ressenti exactement l'inverse. Le jeu des corps étant si intense qu'il fallait le tamiser avec une expression originale et bien servie par un vocabulaire, d'où parfois au détour de ces vers camoufleurs se dévoilait l'anatomie sensuelle de l'aimée.

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc

Je sais Muriell, je t'avais lue avant de laisser mon propre commentaire. Une fois de plus, chacun réagit à sa manière à ce qu'il lit. Quel bonheur que cette diversité !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a une heure, Marc a dit :

J'ai aimé et souris plus d'une fois.  La forme est très belle et les images très suggestives et j'ai vraiment apprécié.

Mais le tout me laisse l'impression que le plaisir a plus été dans la recherche (réussie) d'une concentration d'expression originale et de références culturelles que dans le jeu des corps avec la belle. Je me suis bien amusé et j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture mais cela n'a suscité en moi aucun transport et m'a géométrie est restée invariable.

Désolé cher monsieur mais ce poème s'adresse aux dames. D'autre part, je suis bien trop paresseux pour passer mon temps à la recherche clinquante et obstinée d'expressions originales comme vous le dîtes. Ce n'est pas ma conception artisanale de la poésie. Quant au mot "géométrie"il ne fait pas parti de mon univers lexical lorsque j'évoque la sexualité, et cet univers associé à une certaine complicité avec les mots, a essayé de sublimer un vécu très charnel pour faire naître le poème.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a 59 minutes, Muriell a dit :

C'est "amusant" parce que moi j'ai ressenti exactement l'inverse. Le jeu des corps étant si intense qu'il fallait le tamiser avec une expression originale et bien servie par un vocabulaire, d'où parfois au détour de ces vers camoufleurs se dévoilait l'anatomie sensuelle de l'aimée.

 

Flatté Muriell et heureux que tu puisses accueillir favorablement ce texte." Tamiser", oui j'aime beaucoup, c'est tout à fait cela. Merci du fond du cœur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Frédéric Cogno,

 

Un texte érotique qui ne mâche pas ses mots ! Presque toutes les catégories de l'art d'aimer se glissent dans tes vers et nous transportent dans :

Le 20/04/2019 à 09:51, Frédéric Cogno a dit :

L'éphéméride odeur des feuillets clitoris

Et puis et j'allais dire déjà :

Le 20/04/2019 à 09:51, Frédéric Cogno a dit :

Le trou du Tibre en feu égratigne Agrippine

On y chercherait presque une contrepèterie perdue !

Le 20/04/2019 à 09:51, Frédéric Cogno a dit :

Et ma bouche en Zambèze au débit de ton spleen

Fait de ton joli sexe un radeau pour fiévreuse.

tina fey love GIF by NETFLIX

 

Merci pour ce bon moment.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc
Posted (edited)
il y a une heure, Frédéric Cogno a dit :

D'autre part, je suis bien trop paresseux pour passer mon temps à la recherche clinquante et obstinée d'expressions originales comme vous le dîtes.

@Frédéric Cogno Je suis sincèrement désolé de t'avoir blessé (du moins est-ce ce que j'ai ressenti à ta lecture). Ce n'était vraiment, vraiment pas mon désir ni mon but. J'émettais une opinion, il est vrai très masculine. Mais n'es-tu pas aussi un homme, toi qui as écrit cette poésie 😜 ?

Edited by Marc

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a une heure, Marc a dit :

@Frédéric Cogno Je suis sincèrement désolé de t'avoir blessé (du moins est-ce ce que j'ai ressenti à ta lecture). Ce n'était vraiment, vraiment pas mon désir ni mon but. J'émettais une opinion, il est vrai très masculine. Mais n'es-tu pas aussi un homme, toi qui as écrit cette poésie 😜 ?

Non pas blessé du tout mais piqué au vif.(sensibilité oblige😉) Je suis un homme mais à la seule différence  c'est que je suis ici le principal acteur dans le texte qui est je le rappelle un vécu personnel. Merci encore

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a une heure, Marc Hiver a dit :

@Frédéric Cogno,

 

Un texte érotique qui ne mâche pas ses mots ! Presque toutes les catégories de l'art d'aimer se glissent dans tes vers et nous transportent dans :

Et puis et j'allais dire déjà :

On y chercherait presque une contrepèterie perdue !

tina fey love GIF by NETFLIX

 

Merci pour ce bon moment.

Bon sang, y'a quand même des mecs qui apprécient...!Très touché Marc . Merci infiniment.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

J'apprécie la richesse lexicale et l'audace à surprendre une image osée propre à enflammer l'imaginaire. Une vraie gourmandise! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alcibiade

Je suis embarqué ! Tout lu d'une traite pour en ressentir la fièvre. M'en reste une sensation de sonorités, de couleurs et de parfums entremêlés qui provoquent, même chez un homme, un tournis délicieux. Allez savoir pourquoi votre texte m'évoque le Bateau Ivre de Rimbaud.

Coup de coeur !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Le champ lexical du poème est d'une richesse débordante qui force mon respect. La lecture est une véritable odyssée sensuelle dans laquelle vous savez néanmoins vous garder de certains excès en plaçant l'ensemble sous le signe de la pudeur.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×