Jump to content
Outrehorizon

Air de cour à Proserpine

Recommended Posts

Margueritte C.

Wahou ! Amante fatale qui envoûte tout cœur.

J'aime particulièrement la dernière strophe, pied de nez à la vie à la mort.

Merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Je suis heureux d'être le premier à vous déposer un cœur sur ce poème. Je souhaite qu'il ne soit que le premier d'une série car ces lignes le méritent amplement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc
Il y a 4 heures, Eathanor a dit :

Je souhaite qu'il ne soit que le premier d'une série car ces lignes le méritent amplement.

Et de deux 😍

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Posted (edited)

Et de trois ! Une très belle poésie. 

Il y a 10 heures, Outrehorizon a dit :

Vaincue à mes amours malsaines
Ton orgasme fatal serait
L’abreuvoir final de mes peines
Le flash fixant ton lourd secret

 

Edited by Seawulf

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille

Oui comme Seawulf je trouve dans ce poème magnifique cette strophe admirable 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Je réponds un peu tardivement à tous ces compliments qui me surprennent  agréablement, mais les tâches journalières m'éloignent tant soit peu "d'accents poétiques". Je participe depuis peu sur ce forum, et je suis admiratif, souvent, du niveau des écrits que j'ai pu lire. Et cela me ramène à davantage de modestie quant à mes propres poèmes...

 

Eh oui, Margueritte, l'énigme de notre condition humaine, les sans réponses de notre existence  qui va de la naissance à la mort, ce silence immense qui nous nargue, ne me laisse que des pieds de nez à faire devant tout cela qui peut paraître parfois absurde...

 

Eathenor, le cœur que vous m'accordez, me fait rougir, merci. 

Cependant, toujours peu adroit avec l'informatique, je ne sais pas moi même poser un cœur ?

 

Marc, je suis embarrassé, j'espère ne pas vous décevoir, dans mes prochains poèmes.

 

Merci, Seawulf, pour votre compliment, agrémenté d'un cœur.

 

Je suis heureux, Myrtille, que mon poème vous plaise.

 

Poétiquement vôtre à vous tous

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Le mystère de la vie, de l’après-vie....Votre poème fait mouche bien sûr et je l’apprécie beaucoup. Moi aussi je souhaite déposer un coeur mais moi aussi...peu douée en informatique...je ne suis pas certaine qu’il arrive à bonne

destination ! Je l’espère cependant. 😊

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

C'est à défier la faucheuse, à oser le pas de deux, à caresser ses appâts, à vouloir baiser la gueuse qu'on se protège du trépas et qu'on défie sa lame d'un couteau poésie. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Quand la sensualité rejoint les ténèbres immolant chaque mot du poète à portée de baiser de la belle c'est tout simplement de l'art poétique. Bravo!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane K.

J'étais passée à côté de ce poème, j'ai  bien fait de revenir.

Je suis admirative de ceux qui savent parler de et à la mort.

J'en suis bien incapable .

 

Et ce texte là est vraiment particulier, en ce sens que vous vous adressez à elle comme à une femme

avec qui vous voulez faire l'amour...c'est audacieux mais très réussi. Bravo.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alcibiade

Baudelaire n'était pas loin de vous le soir où vous avez écrit ces lignes.

Vous méritez un autre coeur c'est fatal !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Merci, Ladouce, de vos "douces impressions". Votre pseudo, comme vos paroles, semblent venir d'une lointaine légende. Par ce chemin, tant soit peu onirique, vous venez rejoindre le monde de ma poésie. Merci.

 

Vous savez, Gabriel, elle m'agace la mort. Elle nous prend dans ses bras dès notre naissance. Elle nous berce, nous dupe, nous transforme pendant la vie même... Souvenons-nous  de Jean Cocteau, du poète amoureux de sa propre mort. Il disait à peu près ceci : " Les miroirs sont les portes de la mort. Regardez-vous toute une vie dans un miroir. Vous verrez la mort tisser votre visage, comme le ferait une araignée..."

 

Merci, Frédéric, d'apprécier ainsi, mon art poétique. Mais les ténèbres sont du carbone, d'où doit surgir la lumière.

 

C'est pour vous aussi, Diane, que j'ai écrit ma réponse à Gabriel. J'aime toujours vos passages, vos réflexions pertinentes et votre style un peu envoutant. Merci, à vous d'être ici, parmi nous.

 

Oh là là ! Alcibiade ! Je suis confus de votre compliment. Savoir que l'ombre du grand Charles (Baudelaire) se tenait près de moi... Je n'ose plus bouger.

 

 

Poétiquement vôtre, à vous tous.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor
Le 20/04/2019 à 18:45, Outrehorizon a dit :

je ne sais pas moi même poser un cœur ?

En bas de chaque message figure une icône en forme de cœur. Il suffit de passer la souris dessus pour pouvoir choisir un type de réaction souhaité.

2019-04-19_17-44-14.jpg.08a3f03f03d44863328569d5971840e4.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Aimer la mort ne me fait pas en vie.😁

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Merci, nomal'sland, pour votre jeu de mot.   " Pères profonds, têtes inhabitées

        

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×