Jump to content
Mohè

la nuit est illusoire

Recommended Posts

Mohè

nous sommes
à des années
d'obscurité
l'un l'autre
partagés entre
des plages
piquées de parasols
et les étendues nues
sous le soleil avide

on joue avec nos ombres
dans le creux des vagues
et nos nombrils s'éloignent
submergés par la houle
et les gens qui se pressent
en une foule de fous
aux regards
dans le vide

nous sommes
à des minutes
lumières
quand parfois ta bouche
me retrouve
en un sourire en coin
au hasard d'une rue
qui se déserte
enfin

on joue avec nos langues
pour noyer la distance
que nos pas affolés
inventent dans notre course
avec nos mains qui n'attrapent
que quelques instants par nuits
notre amour qui s'effile
par la fenêtre ouverte

le matin s'offre
à nous
en un bouquet d'épines
on se pique à y croire
à cette histoire sans faille
mais j'ouvre les yeux
la nuit est illusoire

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
il y a 8 minutes, Mohè a dit :

le matin s'offre
à nous
en un bouquet d'épines
on se pique à y croire
à cette histoire sans faille
mais j'ouvre les yeux
la nuit est illusoire

Moment de vie. En la circonstance, il me semble qu'il faut attendre une autre nuit dans un autre lieu avec une autre personne (où avec la même, c'est selon!)

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Un jeu de cache-cache amoureux fort plaisant qui malmène les ombres. L'amour est là sans simulacre mais si fragile car sans avenir....

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Très touché par ce poème dont les pulsions musicales trahissent les manques sensuels. Quand les amants ne dorment pas ensemble.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Celui-ci m'est encore un peu douloureux...

merci de vos regards et lectures !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Votre poème, @Mohè ne me donne pas envie d'en lire un autre ce soir. Merci pour ce beau final ! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Vous exprimez très doucement mais douloureusement les tourments de la séparation, et le manque de l'autre.

Une respiration saccadée dans la forme donne à votre texte une sensation de proximité que l'on ressent en le lisant.

Très joli.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc
Posted (edited)
Le 15/04/2019 à 22:05, Mohè a dit :

Celui-ci m'est encore un peu douloureux...

On le sent. Mais il y a presque toujours chez toi cette insoutenable légèreté de l'être (pour citer Kundera) qui fait qu'on y lit une fatalité résignée et presque apaisée. Une espèce de Mektoub.

C'est très beau.

Edited by Marc

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Merci @Marc ! C'est un peu ça, j'affronte et je passe à la suite. J'arrache aux jours de douleur toute la douceur qu'il m'est possible. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Derrière cette résignation, et contrairement à @Marc, je ne perçois pas un apaisement, mais bien au contraire, une douleur sous-jacente qui est encore à vif. Comme toujours, il existe autant de versions d'un même poème que de lecteurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...