Jump to content
Gabriel Montigny

Souvenirs

Recommended Posts

Gabriel Montigny

Nous n’avons pas souvenirs…
Nous n’avons pas de souvenirs
Tous nos moments n’ont qu’un temps
le temps présent

 

Tous nos moments n’ont qu’un temps
Conjugués au plus que parfait
Un collier de perles blanches
berce tes hanches

 

Un collier de perles blanches
Coule sur sur tes seins d’abondance
Je le prénomme Amalthée
repos guerrier

 

Je le prénomme Amalthée
Le doux lait blanc de ma pitié
Ta peau l’appelle encore
flûte de cor

 

Ta peau l’appelle encore
Ce baiser en fleur, carnassier
Baiser perdu, éperdu
mais qui perdure

 

Baiser perdu, éperdu
Né de ces deux bouches qui parlent
Elles disent les mots sacrés
ponts d’or nacrés

 

Elles disent les mots sacrés
Les marées de lune appelant
Notre incantation magique
tue le tragique

 

Notre incantation magique :
Nous n’avons pas de souvenirs
Tous nos moments n’ont qu’un temps
le temps présent

 

Tous nos moments n’ont qu’un sang
Conjugués au plus que jamais
Un collier de perles franches
berce tes hanches

 

Un collier de perles franches
Coule sur sur tes seins repentance
Je le prénomme coupable
repos durable

 

Je le prénomme coupable
Le doux lait blanc de mon envie
Ta peau l’appelle toujours
flûte des jours

 

Ta peau l’appelle toujours
Ce baiser en pleur, incarné
Baiser devant et puis derrière
en belvédère

 

Baiser devant et puis derrière
Né de deux bouches qui se bouffent
Elles disent les mots folie
des sexes nés

 

Elles disent les mots folie
Les marées de foutre appelant
Notre incantation mimique
tue le tragique

 

Notre incantation mimique :
Nous n’avons pas de souvenirs
Tous nos moments n’ont qu’un temps
le temps présent

 

Tous nos moments n’ont qu’un vent
Conjugués au plus que demain
Un collier de perles si bleues
berce tes cieux

 

Un collier de perles si bleues
Coule sur sur tes seins voie lactée
Je le prénomme comète
chatte Bastet

 

Je le prénomme comète
Météore de mon envie
Ta peau épelle Galilée
cantabile

 

Ta peau épelle Galilée
Ce baiser en lèvre écartée
Baiser dedans et puis profond
baiser siphon

 

Baiser dedans et puis profond
Né de deux bouches qui s’étouffent
Elles disent les mots délire
des sexes lyre

 

Elles disent les mots délire
Les marées stellaires litanient
Notre incantation tragique
anthropophagique,,,

***

– Pourras-tu jamais te taire ? Jure le moi…
– J’écrirai toujours, toujours pour toi.
– Pourquoi es tu toujours tragique, pourquoi lyrique ?
– J’ai peur de l’instant, de sa fuite, alors je grave…
– Pourquoi toujours cette peur en toi…?
– C’est que le vent gonfle les voiles, c’est qu’il faudra appareiller, et toujours, toujours quitter le quai !
– Je ne t’ai jamais abandonné, moi….
– Je le sais, et j’ose défier la mort à nous séparer !
– Tu me fais pleurer…
– Nos larmes sont le miel et l’amertume du verbe aimer.
– As-tu fini le poème ?
– Oui, avec cette peur, encore, cette inquiétude qui nourrit l’effort de te plaire…
– Montre le moi….
– Le voilà, il commence par :
Nous n’avons pas souvenirs…
      Nous n’avons pas de souvenirs
Tous nos moments n’ont qu’un temps
      le temps présent……………………………………………………………………………………………..

  • Aimé 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tristamourir

Tout à fait conquis par la forme et le fond de ce poème. Je manque de mots pour déclarer mon pur enchantement. Bravo pour ce trait de plume génial !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Il n'y a pas grand-chose à dire, sinon que c'est magnifique ... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Les souvenirs sont pour ceux qui ont perdu la mémoire disait Ferré....Séduit au plus haut point par ce torrent de sensualité, j'en ressors groggy et sans voix...

Bravo!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Il y a 8 heures, Gabriel Montigny a dit :

Elles disent les mots sacrés
Les marées de lune appelant
Notre incantation magique
tue le tragique

 

Notre incantation magique :
Nous n’avons pas de souvenirs
Tous nos moments n’ont qu’un temps
le temps présent

J'aime particulièrement ces passages cités.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien Ertveld

Dansante, comme une ronde provençale dont les jupons des danseuses se soulèvent sous la doublé légèreté des pas  et du vent coquin.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Un poème magnifique. La fin, véritable rupture inattendue, vient ajouter une couche d'originalité sur ces lignes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Trés beau texte empreint d'une grande émotion et d'une forte sensualité.

 

Une ode à l'instant présent dont il faut profiter toujours, avant qu'il ne devienne souvenir..

  • Aimé 1
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Plumepoete

Votre plume est enchanteresse, enivrante, dans une danse lunaire sans fin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...