Jump to content
Frédéric Cogno

Cambre-toi!

Recommended Posts

Rosa canina

En lisant ton poème, j'ai pensé immédiatement à un morceau de David Krakauer "Moldavian voyage". J'aime cette traduction poétique d'une énergie  brute et  ce rythme lent et sensuel  que doucement tu élèves jusqu'à son paroxysme. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Je ne pourrais citer toutes les merveilles que je viens de lire tant il y en a. J'ai eu cependant un peu de mal avec cette répétition injective "Cambre-toi" cet ordre donné ainsi et scandé à chaque strophe m'a un peu perturbée et mise mal à l'aise (ou je suis très sensible, je ne sais pas).

Je souligne tout de même une vraie maîtrise du champ poétique, j'ai vraiment beaucoup aimé tout le reste.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a 41 minutes, Mohè a dit :

Je ne pourrais citer toutes les merveilles que je viens de lire tant il y en a. J'ai eu cependant un peu de mal avec cette répétition injective "Cambre-toi" cet ordre donné ainsi et scandé à chaque strophe m'a un peu perturbée et mise mal à l'aise (ou je suis très sensible, je ne sais pas).

Je souligne tout de même une vraie maîtrise du champ poétique, j'ai vraiment beaucoup aimé tout le reste.

Je m'attendais à cette remarque. J'ai voulu recréer un "rythme cardiaque" entêtant avec un effet délirant. J'ai imaginé un couple faisant l'amour après la prise de substances hallucinogènes. Merci de ta lecture!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Merci pour cette précision. Je le relirai demain, avec cette idée en tête.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yguemart

@Frédéric Cogno Je sui fan (ce n'est pas nouveau). J'ai encore pensé que c'était une chanson, mais tu ne le dis pas dans ton commentaire. Me suis-je trompé ?

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Il me faudrait recopier le poème en son entier pour exprimer que tout m'a plu. Surtout la cadence 😉 Excellent, @Frédéric Cogno ! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre Brandao
Il y a 3 heures, Frédéric Cogno a dit :

Je les presse empressé en pressentant ces proies,

Un extrait superbe, mais il y en a tant ! Ce rythme lancinant, haletant, est un voyage entre les berges de la passion et du désir. C'est très fort ! Le "cambre-toi" à chaque fin de strophe ne m'a pas dérangé, il était le leitmotiv nécessaire à l'amour physique et je comprends qu'il ait pu déranger. On est à la frontière extrême de l'érotisme, @Frédéric Cogno, sans ne jamais tomber dans la vulgarité ! C'est pour cette prouesse qu'un coeur je te délivre ! 🙂 

Il y a 3 heures, Frédéric Cogno a dit :

Me laissant deviner la halle aux tubéreuse.

une batifole.. tubéreuses au pluriel me semblerait logique, non ? 🙂 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell

Comme @Joailes votre poème m'a plu en entier, je n'y avais pas vu une injonction car je n'ai pas ressenti vos mots comme autoritaire, j'y ai vu beaucoup de fougue, de désir, une sublime manière de dire et des vers qui se déroulent à la hauteur de "l'orgasme catapulté" un grand et merci.

 

@Rosa canina, comme je suis curieuse, j'ai lu plusieurs fois dont une en écoutant la musique à laquelle vous pensiez. Et c'est encore une découverte  ! 

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rosa canina

@Muriell je pensais à cette version... un peu différente, mais tout aussi fantastique.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 10 heures, Yguemart a dit :

@Frédéric Cogno Je sui fan (ce n'est pas nouveau). J'ai encore pensé que c'était une chanson, mais tu ne le dis pas dans ton commentaire. Me suis-je trompé ?

Que c'est gentil cher Yguemart...Alors, non, ce n'est pas une chanson car le texte est bien trop dense pour être chanté. Merci beaucoup!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 10 heures, Pierre Brandao a dit :

Un extrait superbe, mais il y en a tant ! Ce rythme lancinant, haletant, est un voyage entre les berges de la passion et du désir. C'est très fort ! Le "cambre-toi" à chaque fin de strophe ne m'a pas dérangé, il était le leitmotiv nécessaire à l'amour physique et je comprends qu'il ait pu déranger. On est à la frontière extrême de l'érotisme, @Frédéric Cogno, sans ne jamais tomber dans la vulgarité ! C'est pour cette prouesse qu'un coeur je te délivre ! 🙂 

une batifole.. tubéreuses au pluriel me semblerait logique, non ? 🙂 

Merci beaucoup Pierre. Merci aussi pour ta vigilance. J'ai tapé le texte avec les ouvriers qui font des travaux chez moi...😊

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 13 heures, Rosa canina a dit :

En lisant ton poème, j'ai pensé immédiatement à un morceau de David Krakauer "Moldavian voyage". J'aime cette traduction poétique d'une énergie  brute et  ce rythme lent et sensuel  que doucement tu élèves jusqu'à son paroxysme. 

Je viens d'écouter ce morceau, c'est vraiment chouette et colle assez bien à l'ambiance du texte. Mais grand amateur de Pink Floyd dont la musique m'a inspiré sans doute pour le poème, c'est le morceau come in number 51, your time is up de la musique de film Zabriskie point qui pourrait accompagner ce délire sexuel....Merci en tout cas!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Que citer dans ce poème ? À dire vrai, rien. Plus exactement, rien en particulier car l'ensemble de ce superbe voyage érotique  mériterait de l'être. Un grand bravo pour ces vers Frédéric.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tristamourir

Que dire de plus quand tout a été dit par mes prédécesseurs !  Quelle poésie magnifique, je suis conquis. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Merci encore Rosa Canina, Mohé, Pierre Brandao, Muriell, Joailes, Yguemart,Tristamourir, Eathanor, pour votre passage !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 08/04/2019 à 18:59, Frédéric Cogno a dit :

Le désir tangue, oui, viens, écossons nos frissons,

Le vent frémit de toi et surprend l'horizon

A craqueler la mer d'où se gerce la lune.

Cambre-toi!

Un bon moment de lecture à la sensualité à fleur de peau.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...