Jump to content
Pierre Brandao

Tu fais labour comme personne

Recommended Posts

Yguemart

@Pierre Brandao

C'est une chanson ? Ce texte est délicieusement coquin et poétiquement réussi. A te lire et relire encore !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Plus que superbe poème. Tout le monde est heureux, la terre et le laboureur... que demander de plus ? Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Un coup de cœur pour ce joli poème très suave. 

Le travail des champs et des corps quand ils sont exprimés ainsi, j'en redemande ! Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77

Bonjour @Pierre Brandao, bravo pour cette poésie charnelle, des raccourcis splendides ( et coquins) au service d' un texte , euh....jouissif?!..... 

De plus et c' est très rare , j' ai l' impression qu'il est métaphorique du premier au dernier vers ,( la clef étant donnée dans le titre -jeu de mots)

Tous les  vers prennent du sens,  selon l 'une au l' autre des thématiques proposées, (à mon sens, et çà n' engage que moi, c' est un véritable tour de force )

Il y a 9 heures, Pierre Brandao a dit :

Je tracte un abandon sur deux berges goulues,

Dépose la rosée au suave bonbon…

La nuit a vu parmi ses ombres farfelues

L’aval glissant le val pour épouser l’amont !

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

Grand plaisir à te lire, mon gaillard ! C'est bon comme du Brassens.

Et puis ce jeu de mot en refrain, entraînant et caustique.

Tu manies le classique (les règles du sonnet par ailleurs) et les vers en liberté.

 

Marc (Hiver)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille

Ce titre est certainement du à un rhume 😉 et à un problème de prononciation. Quant à la suite coquine le rhume continue avec la dé-raisin. Quelques gouttes nasales et il n'y paraitra plus. Bravo.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell

Quel agriculteur !

La forme de votre texte, avec ces vers qui reviennent comme de petits sillons sur une terre travaillée et puis un humour sensuel et délicat. J'aime beaucoup, merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Quel poème... Avec toi, l'amour est vraiment dans le pré 😉 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Quel beau texte pour pour ce printemps revenu où cha rut chaque fois que nous cillons... J'ai plus que sourit. Merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

J'aime ce jeu en accouplant deux thèmes. Exquise lecture qui entre rut et râle fleure bon le rural.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Bravo, bien sûr, pour cette belle envolée, et ces jeux de mots subtils. Je fais des cobentaires comme personne, étant moi-même enrhubée. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tristamourir

Ça sent le printemps et la nature se réveille de plus en plus. La sensualité est à fleur de peau et fuse de toute part à en juger par les soumissions à caractère sexsuel de nos membres. Je trouve tout en haut de cette pyramide ton délicieux poème qui règne en roi sur tous les autres. Merci pour ce plaisir de lecture.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre Brandao
Le 05/04/2019 à 08:16, Yguemart a dit :

C'est une chanson ? Ce texte est délicieusement coquin et poétiquement réussi. A te lire et relire encore !

Disons que cela se prête à en devenir une, @Yguemart 🙂 En tous cas, je suis partant ! C'est un poème lu cette année à l'occasion du Printemps des poètes... j'ai entendu beaucoup de rires dans l'assistance en le lisant 🙂 

 

Le 05/04/2019 à 08:21, Ladouce a dit :

Plus que superbe poème. Tout le monde est heureux, la terre et le laboureur... que demander de plus ?

Oui ! Cela en fait presque un poème pastoral, ne trouvez-vous pas ? L'érotisme sous-jacent en plus 😉 Merci d'avoir apprécié, @Ladouce !

 

Le 05/04/2019 à 08:50, Mohè a dit :

Un coup de cœur pour ce joli poème très suave. 

Le travail des champs et des corps quand ils sont exprimés ainsi, j'en redemande !

Cela me fait penser aux histoires coquines associées aux travaux saisonniers... Merci pour votre commentaire et votre coup de coeur, @Mohè !

 

Le 05/04/2019 à 11:00, filae77 a dit :

bravo pour cette poésie charnelle, des raccourcis splendides ( et coquins) au service d' un texte , euh....jouissif?!..... 

De plus et c' est très rare , j' ai l' impression qu'il est métaphorique du premier au dernier vers ,( la clef étant donnée dans le titre -jeu de mots)

Tous les  vers prennent du sens,  selon l 'une au l' autre des thématiques proposées, (à mon sens, et çà n' engage que moi, c' est un véritable tour de force )

ouahhh... je ne sais que dire, @filae77 ! Bien sûr, vous avez raison, chaque groupe de mots, de vers, a été construit pour satisfaire la métaphore de départ. Le titre en est la première composante et à vrai dire, c'est le titre qui a amené le poème ! Je cherchais plus à m'amuser et à amuser plutôt qu'à faire un tour de force, mais si c'est votre ressenti, je l'accepte volontiers !

 

Le 05/04/2019 à 11:19, Marc Hiver a dit :

Grand plaisir à te lire, mon gaillard ! C'est bon comme du Brassens.

Et puis ce jeu de mot en refrain, entraînant et caustique.

Tu manies le classique (les règles du sonnet par ailleurs) et les vers en liberté.

Eh bien, @Marc Hiver, comparer mes vers à ceux de Brassens... je ne sais plus où me mettre !!! Simplement heureux d'avoir provoqué en vous ces mots forts sympathiques ! 

 

Le 05/04/2019 à 11:56, Myrtille a dit :

Ce titre est certainement du à un rhume 😉 et à un problème de prononciation. Quant à la suite coquine le rhume continue avec la dé-raisin. Quelques gouttes nasales et il n'y paraitra plus.

Ce n'est pas tout à fait faux, @Myrtille, je m'enrhube des foins... pardon, je m'enrhume des fois et ça donne des choses totalement bizarre 🙂 Quant à la dé-raisin, elle n'a mis personne en colère donc tout va bien ! Merci d'avoir apprécié ce poème, fut-il futile... 🙂 Les gouttes, je les prends  où ?

 

 

Le 05/04/2019 à 14:17, Muriell a dit :

Quel agriculteur !

La forme de votre texte, avec ces vers qui reviennent comme de petits sillons sur une terre travaillée et puis un humour sensuel et délicat.

Pour moi qui n'ait absolument pas la main verte, vous me comblez, @Muriell ! Des sillons de rire coquin, vous avez raison, voilà ce que j'ai voulu semer 🙂 Merci !

 

Le 05/04/2019 à 15:54, Eathanor a dit :

Quel poème... Avec toi, l'amour est vraiment dans le pré

ahhh ! mon cher @Eathanor ! Il sent si bon le fumier étalé dans les campagnes ! lol ! Je plaisante, merci simplement pour ton mot sympa 🙂 

 

Le 05/04/2019 à 17:21, Papy Adgio a dit :

Quel beau texte pour pour ce printemps revenu où cha rut chaque fois que nous cillons... J'ai plus que sourit.

Merci @Papy Adgio d'apporter des éléments complémentaires à mon texte 🙂 cha rut, cillons, sourit... Je parie qu'on peut tous développer ce thème ! Heureux d'avoir su provoquer cette réaction 🙂 

 

 

Le 05/04/2019 à 21:16, Frédéric Cogno a dit :

J'aime ce jeu en accouplant deux thèmes. Exquise lecture qui entre rut et râle fleure bon le rural.

Trop fort, @Frédéric Cogno 🙂 J'aurais bien aimé le trouver, ce jeu de mots-là !!! 

 

Le 05/04/2019 à 21:25, Joailes a dit :

Bravo, bien sûr, pour cette belle envolée, et ces jeux de mots subtils. Je fais des cobentaires comme personne, étant moi-même enrhubée

ah ! @Joailes, va falloir se rapprocher de @Myrtille, elle est de bon conseil pour prescrire les gouttes nasales 🙂 plus sérieusement, merci de vous être arrêtée en chemin sur cette campagne aux dessins subtils 🙂 

 

Le 05/04/2019 à 22:18, Tristamourir a dit :

Ça sent le printemps et la nature se réveille de plus en plus. La sensualité est à fleur de peau et fuse de toute part à en juger par les soumissions à caractère sexsuel de nos membres. Je trouve tout en haut de cette pyramide ton délicieux poème qui règne en roi sur tous les autres. Merci pour ce plaisir de lecture.

@Tristamourir, je rougis je rougis je rougis ! Mais sur ce thème, j'ai lu de superbes textes très évocateurs également ! L'amour est un sujet qui ne connait ni frontières, ni limites ! En tous cas, je suis très flatté et je vous remercie pour ce compliment. Maintenant, je vais me cacher !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...