Jump to content
Sign in to follow this  
Joailes

Réflexions de poète inconnu

Recommended Posts

Joailes

La mode est aux cagnottes sur internet.

Selon qu'on est plus ou moins touché par l'immense malheur de quelqu'un, on donne sa petite goutte d'eau.

Mais il y en a de plus en plus et on ne sait plus où en donner du denier, le denier s'épuise et ce sera le dernier.

Le mouton est délainé, il fatigue.

Il en a assez de dégainer, le mouton prodigue.

 

Et je m'interroge, aux premières loges …

 

En ces temps tourmentés, qui va dépenser pour acheter un recueil de poèmes d'un illustre inconnu, juste pour son plaisir ?

 

Moi, poète, je meurs de cela.

Je rêve de voir ma plume s'envoler bien loin du charnier, au-delà des guerres et des considérations pécuniaires.

Personne n'aurait l'idée de faire une cagnotte pour payer mes frais d'arène quand je lance mes poèmes en attendant le roi.

Je me fais pourtant bien encorner, je saigne de tous côtés, ce n'est pas grave, je garde.

J'écrirai quelque chose là-dessus, plus tard …

Moi, poète, je ne me plains pas, ça m'apprendra à vouloir vivre de ma plume, On me l'avait dit qu'il fallait faire des études, écrabouiller mes rêves et apprendre à calculer, à viser plus haut que ma pauvre petite ambition qui d'ailleurs n'en était pas une, On me l'avait dit :

bien peu ont fait fortune, et encore, souvent, à titre posthume.

 

Je sais, mais que cela reste entre nous, que le poète est tout heureux quand il a vendu un de ses recueils, ça le chatouille du fond du cœur et il continue d'écrire, juste parce qu'il a été lu et que sur cent lecteurs, un, ou deux, parfois, l'a aimé assez pour avoir envie de le garder à portée de main, à côté de lui, sur du papier.

 

Certains soirs, quand la lune s'éclipse, que les étoiles s'éteignent, il faut que le poète sans cagnotte, sans rien, se dise que si tout s'éteint, c'est pour mieux se rallumer dans la nuit de ses rêves et qu'il écrive encore, il ne faut pas écouter les conseils de ces vieux anti-poètes qui voulaient nous ouvrir les yeux alors que les leurs étaient fermés.

Le poète pleure souvent, mais il y a dans son sourire de beaux souvenirs d'enfant.

 

Et puis toutes ces muses qui s'amusent, avec leurs sourires mutins, et qui, certains soirs, dansent sur les fils électriques et t'envoient une décharge pour que tu ne t'arrêtes jamais, ô poète … écris, je t'en prie et c'est tout.

 

 

Moi, poète, j'aimerais me déconnecter de tout cela mais forcément, je suis comme vous, au travers des écrans …

J'ai arraché mon ancre du fond de ces encriers désuets et je fonctionne au clavier.

Comme ça va beaucoup plus vite, j'écris beaucoup plus.

Le poète internet m'a parlé.

 

Ce soir, même s'il est tard, j'entends encore un oiseau sur ma fenêtre il me dit éteins tout ça et viens …

Alors, forcément … je me laisse entraîner.

Et puis tant pis.

Moi, poète, j'accepte.

(J.E. Mars 2019)

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Posted (edited)

Tout poète se retrouve dans ce texte, surtout s'il a fait la démarche de s'éditer ou se faire éditer.

Et vlan @Joailes ! Je me retrouve complètement dans le fil de ta prose car cela fait 13 ans et 13 bouquins que je galère et que je persévère malgré tout.

A chaque parution, j'espère vendre mon livre tout azimut. 

Le seul retour que j'ai, c'est RIEN.

J'ai voulu aller avec mon temps en laissant de côté la chère rime des anciens, je me suis mise à la page ! C'est le cas de le dire... J'ai posé mon stylo et je tape sur le clavier tout ce qui me traverse. Cela va plus vite et on économise du papier...

On m'avait dit : tu devrais publier tes poèmes, c'est beau ce que tu écris... Mon premier recueil a été très bien accueilli...

Le deuxième un peu moins et les suivants encore moins. En moyenne, 3 ans pour écouler 100 exemplaires. Entre les salons où il n'y a personne et les libraires qui ne veulent pas de toi parce que tu n'es pas connu... Il faut vraiment avoir la foi pour continuer...

Eh bien oui, je continue...

Les muses sont toujours autour de moi à me titiller pour que je sorte un nouveau livre et je le fais, je ne sais pas pour qui... mais il y en a eu 13...

En tout cas, je serai peut-être reconnue poète lorsque je serai morte... Et si je ne vis pas de ma plume, pas du tout important, j'aurai laissé quelque chose à mes héritiers... ou à mes lecteurs qui, même s'ils ne sont pas légions, me sont fidèles...

Pour finir, nous vivons un temps du tout Gratuit et c'est bien lui qui f...t le "bordel" dans l'ordre des choses ! Internet c'est bien, mais la vie et l'Art, c'est du concret et pas du virtuel. Alors, pour être tout de même dans le "vent", j'offre ma plume  en pointillé et je laisse ma porte ouverte à tout un chacun qui voudrait aller voir de qui en retourne les petits mots jetés par ci par là ...

Je n'ai jamais cherché les sunlights et au cours de ces 13 ans, il y a eu quelques belles récompenses, quelques beaux retours...

Qui vivra verra...

La vie est un long fleuve tranquille... Inconnus nous sommes et un jour peut-être, serons-nous au moins reconnus comme auteurs à part entière ?

 

 

 

 

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Ton texte interpellera ceux qui écrivent et publient. Il y a longtemps que j'ai cessé de croire qu'il me serait possible de vivre de mes écrits. L'ai-je même cru un jour ? Percer en tant que romancier est déjà une gageure alors, en tant que poète, cela relève d'un vœu pieu. Peu m'importe. J'écris quand le besoin s'en fait sentir, sans me soucier du reste. Si Baudelaire avait vécu à notre siècle,  aurait-il trouvé un éditeur de son vivant ? Le doute est permis.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Même gratuitement, les lecteurs n'en veulent pas : j'ai demandé à la bibliothécaire de ma commune pourquoi il n'y avait aucun recueil de poésies sur ses rayons. Elle m'a souri en disant, navrée, que personne ne les lirait. Elle non plus d'ailleurs ! Je lui ai longuement expliqué que la lecture d'un seul poème au petit déjeuner vous procure de la joie pour la journée et qu'un seul autre au coucher vous fait passer une nuit délectable (sauf si la voisine du dessous a eu la bonne idée de venir vérifier la température de votre couette). Je lui ai même précisé que toute poésie un peu travaillée devrait être remboursée par la Sécurité Sociale comme vitamine entraînant sur les chemins du bonheur. Elle m'a souri de nouveau d'un air qui semblait dire qu'elle n'appréciait les marginaux qu'avec parcimonie.

Aujourd'hui, on peut auto-éditer un bouquin pour 5€. J'en publie une dizaine et je les donne à ceux dont je sais qu'ils apprécient en leur glissant à l'oreille qui s'ils en connaissent un autre qui pourrait apprécier je peux lui en céder un exemplaire pour 5€ : je n'ai ni appel ni courriel !!!

Tout cela pour dire que ton texte et très réaliste et très agréable à lire... puisqu'il n'est pas en vers !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

@Papy Adgio c'est là qu'on a envie de se flinguer, mais finalement on a bien fait d'attendre, si la voisine du dessous s'en mêle et qu'on ne sait plus trop si c'est elle ou la bibliothécaire qui est sous la couette. Je me dis qu'à choisir, j'aimerais mieux la voisine du dessous si la bibliothécaire m'avait dit des choses pareilles, je n'aurais même pas remarqué qu'elle arrivait encore à sourire ...

Tu vois, on aurait pu écrire un texte à quatre mains, mais alors ... il n'aurait plus eu de fin. ;) 

 

Donne-moi l'adresse s'il te plaît de ton magicien qui travaille pour 5€ , je suis en train d'essayer d'éditer, à mon compte bien sûr, plusieurs recueils que j'essaierai de "vendre" moi-même ... J'ai deux recueils sur les starting-blocks depuis 3 semaines ... 

Je trépigne d'impatience ... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

J'en suis encore à essayer de me réconcilier avec mes textes...Alors quand je rencontre une personne qui éprouve de jolies sensations en me lisant je m'étiole comme une violette...

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

et c'est bien de le dire ..!! Souvent, les poètes écorchés vifs font semblant de ne pas apprécier les compliments ... ils se cabrent, comme si ce n'était pas sincère, ou pas mérité. Il y a beaucoup d'étapes sur le chemin, et je comprends tout à fait, @Frédéric Cogno, cette phrase

il y a 4 minutes, Frédéric Cogno a dit :

J'en suis encore à essayer de me réconcilier avec mes textes...

je suis passée par là !! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...