Jump to content
Sign in to follow this  
Joailes

Jeu de rôles

Recommended Posts

Joailes
Posted (edited)

... Il imagine la steppe où nul arbre ne pousse, où le printemps ne parle pas ; il invente et soudain un souffle passe, laissant quelques empreintes, quelques traces.

Il puise de l'eau dans le sous-sol, des monstres surgissent là où il ne les attend pas, son cœur bat, et sa plume traduit, des mots jetés, engouffrés.

Le vent aspire leurs traces et les rejette en plein désert.

Des lettres surgissent, geysers de mots au milieu des cactus, comme des énigmes à élucider pour sortir de ce labyrinthe, pour arriver à la dernière porte et en sortir, pour chercher encore d'autres portes jusqu'à mourir.

L'écrivain a envie de lire. Il n'a plus faim, il a soif.

Alors, l'écrivain dit merci au lecteur qui peut l'emmener loin, bien plus loin qu'il n'aurait pu imaginer tout seul.

 

Il traduit le poème qu'il n'a pas écrit, celui qu'il comprend, qu'il aurait pu écrire. Il en fait ce qu'il veut. Il l'emmène avec lui, rit, pleure devant ces mots, personne pour l'aider sauf, peut-être, ses petites voix intérieures.

C'est une steppe où les arbres imaginaires poussent, et où le printemps parle.

Des souffles passent, s'emmêlent et puis s'effacent et ne laissent pas de trace.

La steppe se transforme, passe par les maquis, traverse les forêts, danse sur les lacs, aspire l'océan d'une seule goulée.

Il arrive aussi devant la dernière porte mais ce n'est jamais la dernière, il ne sortira plus du labyrinthe où il est entré jusqu'à mourir.

Le lecteur a envie d'écrire . Il n'a plus soif, il a faim.

Alors, le lecteur dit merci à l'écrivain qui l'a emmené loin, bien plus loin qu'il n'aurait pu imaginer tout seul.

 

Lecteur, écrivain se serrent la main.

(J.E. Mars 2019)

Edited by Joailes
  • Aimé 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Merci pour ce texte qui me parle beaucoup. Il est de coutume de dire qu'une fois écrit, un texte échappe à son auteur et n'appartient plus qu'à ses lecteurs. Est-ce cela que de se serrer la main entre lecteurs et écrivains ? En tour les cas, j'ai vraiment aimé ton approche du sujet.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell

J'ai beaucoup aimé ce vent de liberté, cette inspiration à écrire et à lire. Bravo et merci.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc
Le 19/03/2019 à 00:18, Eathanor a dit :

un texte échappe à son auteur et n'appartient plus qu'à ses lecteurs

Mais il se le réapproprie puisqu'il est son premier lecteur...

Merci pour ce texte @Joailes

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Une bien belle approche de cette ambiguïté entre celui qui donne et celui qui reçoit. Un bien belle balade dans un bien beau labyrinthe, comme dit chez moi !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Tout est dit simplement et joliment. Un texte à lire dans les écoles et dans les cafés littéraires avec un sourire silencieux.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isabelle64

C'est une belle façon de décrire le partage entre le lecteur et l'écrivain.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...