Jump to content
Muriell

Matin

Recommended Posts

Muriell

Lorsque amoureux nos yeux éclosent,
nous quittons nos mues addictives.
La morsure oublie l'aube vive,
où les corps désertés s'exposent.

 

Doux quand la lumière repose,
l'élan quitte la peau  lascive.
Lorsque amoureux nos yeux éclosent,
nous quittons nos mues addictives.

 

Nos paupières drapées de rose,
polymorphes de chairs captives,
pour de mornes pudeurs tardives
nos rêves se métamorphosent.
Lorsque amoureux nos yeux éclosent.


 

  • Aimé 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Un poème tout en sensibilité et en frôlements qui sait charmer son lecteur.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cisco

Joli avec beaucoup de douceur, la forme du rondeau lui va bien.  Bravo 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oldpal

La langueur, la sensualité... Une évocation si douce, mais torride.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Soyeux et langoureux, chaque vers répété offre un nouveau parfum à ce poème. C'est très joli. Bravo tout plein!

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre Brandao

Les poèmes à forme fixe refont surface, dirait-on, et ils servent à merveille les inspirations des auteurs modernes 🙂 C'est très joli et enlevé, mais doublé aussi d'une certaine noirceur ("La morsure oublie l'aube vive", "polymorphes de chairs captives", "mornes pudeurs" : choix de vocabulaire plutôt sombre). J'en déduis que l'état amoureux s'accompagne aussi du doute, ce qui rend votre poème bien plus réaliste qu'il n'y parait. Cela mérite bien un coeur !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell

@Eathanor, je vous remercie, votre commentaire me touche car souvent je trouve ma plume un peu "brutale".

@Cisco Merci d'autant plus qu'en terme de douceur j'ai en tête certains de vos poèmes qui sont de véritables merveilles.

@Oldpal, je vous remercie, il y a effectivement du torride, je voulais évoquer le matin quand on est pas si pressé que ça de le voir arriver.

@Frédéric Cogno J'ai tenté un rondeau ancien, je suis ravie de votre commentaire, je trouvais que les rimes manquaient de rondeurs. Merci tout plein  ! 

@Pierre Brandao Vous avez raison sur le vocabulaire, je pense que c'est la volonté d'exprimer la fin de cette nuit, le jour pudique se lève. Les mots sombres sont souvent beaux et sobres comme le noir peut l'être. Je vous remercie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...