Aller au contenu

Devant l'augmentation des membres se contentant de poster leurs poèmes sans réagir aux autres textes, merci de ne pas oublier que cette communauté est placée sous le signe du partage.

Recevoir des retours sur ses textes est toujours enrichissant. N'oubliez pas de redonner un peu de ce que vous recevez en prenant le temps de commenter.

Frédéric Cogno

Le vent

Messages recommandés

Frédéric Cogno

Le ciel ouvre ses fenêtres,

Tous les nuages s'affolent,

Les arbres foulent leur sceptre

Et les fumées batifolent;

C'est qu'il est né d'un tapage

Au téton de la colline,

Il frémit son pucelage,

Prend nourrice la ravine,

Le vent.

 

Empressé, front éperdu,

Il s'élance sans pareil

D'un sommet pelé, battu,

Par les fléaux du soleil;

Ergots de soie dans l'azur,

Mille essaims de baisers suivent

Cette immense chevelure

Emmêlée sur tout qui-vive,

Le vent.

 

Il polit souffles et rêves,

Effile et frise les ombres,

C'est en chantant qu'il achève

Son exil dans les décombres;

Doux feuillages miroitants,

Il pleut des lèvres rieuses,

Baies folâtrées du manant,

Que de feuilles querelleuses

Au vent.

 

Ô vent! Rafle des haleines!

Des griffons ivres et fous

Mêlent leur raffut sans gêne

Au caustique du coucou;

L'air bataillé de rubans,

Des nuées d'âmes postales

Étreignent les cerfs-volants,

Tohu-bohu de pétales

Au vent.

 

C'est mai à cloche-parfum,

Le bois s'émeut de ses violes,

L'allée court après quelqu'un,

Un voleur, foulée de fiole,

Fugitif depuis toujours,

Fol escrimeur de violettes,

Quand les cotillons du jour

Vont valser au val musette

Du vent.

 

S'aimer au vent farfadet,

Fouisseur de frais sentiments,

Se faire les fées inhalées,

Accueillir son déploiement;

Et mon cou en embuscade

Cueille ses colliers siffleurs,

Fifre et nez cherchent l'escadre

Des seins couvés par les fleurs

Du vent!

  • Aimé 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stephane94

Ca souffle fort aujourd'hui, au sens propre comme au figuré, et c'est une belle ode au vent que vous nous déclinez-là. Bravo @Frédéric Cogno

Modifié par Stephane94
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Comme le dit @Stephane94, Éole est sacrément réveillé ce dimanche. J'imagine que la thématique de votre poème n'est donc pas un hasard. Je ne sais pas si vos vers calmeront le maître et régisseur des vents mais à tout le moins, il devrait en être flatté.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

@Frédéric Cogno j'aime décidément beaucoup tes envolées ! As-tu édité un recueil de tes poèmes ? Je suis toujours sous le charme et le vent n'y pourra rien ! 🙂 

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frédéric Cogno

Merci stephane, Eathanor, joailes et papy pour votre passage!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf

C'est un vent, au souffle sensuel qui nous est conté de bien

belle manière, comme une femme libre parcourant les paysages.

Je n'ai plus de cœur. Je repasserai. 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×
×
  • Créer...