Myrtille

Recto Verso

Messages recommandés

Myrtille

 

Bouche décousue
coupée en deux
mots plus bas
plus haut la voix
cisailles ouvertes
voilà
attends un peu
ne ferme pas les yeux
en eau forme la haine
à coups de rasoir
et crache
papier buvard
saturé
c’est le sang dans la voix
injecté dans la salive
langue pointue du serpent pris au piège
c’est du mercure au chrome sur la plaie de l’autre
le venin antidote sous-cutané
cargo de mots puants
projetés dans la tête lacérée
tissu de chair vivante
émietté dans l’assiette
entre deux couteaux
tempête pulvérisée dans un verre d’eau
mensonges
en médicament  de rémission
embryon de mort
glissant dans la salive avalée
un clou au fond de la gorge
dans l’œsophage un marécage
s’enfonçant dans l’estomac
un cri au bout de la langue
l’écho dans le ventre
sans oxygène
cherchant la porte de sortie
vers le bas
la haine sur le visage
le crachat est authentique
on l’apprend dans la rue
on l’offre à la pute bottée de noir
ramassis de fiente humaine
crachats sur la mèche de cheveux
bouche laquée du fiel de l’homme
le nerf sectionné
elle ne sourit plus
lèvres en suspension
une balle
trois balles
plombée d’écume rouge
plus bas la voix
arrêtez la musique
capsule blanche pour quoi faire
sous la langue sèche
et si c’était la fin
embrasse Marie pour moi

 

  • Aimé 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

j'ai eu du mal à trouver le verso 

  • Partagé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Muriell

Une scène sombre pour ce poème dont la description réaliste est impressionnante

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

De mémoire, je ne crois pas avoir encore lu de ta part un poème aussi sombre pour ne pas dire violent. J'ai beaucoup aimé ce réalisme sans fard.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Myrtille

Il m'arrive quelquefois d'écrire ainsi, cela vient tout seul, comme la page noire de Joailes. Là j'étais imbibée de Baschung et de cette peinture. Merci de votre lecture 

"Portrait"
par Vincent Sablong

22514610_p.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stephane94

Beau travail@Myrtille, bravo !

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre Brandao

dans le pur jus surréaliste, laisser le verbe crier, s'exprimer, injurier, salir... c'est une salve de vérités et d'impressions qui ne peut que toucher l'âme du lecteur !

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yguemart

@Myrtille Votre texte lu d'une traite me laisse une belle impression poétique, une émotion certaine. Bravo !

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Camine

quelle densité dans l’expression, j'adore, suis conquise! 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cisco

J'avoue que j'ai un peu de mal à entrer dans le poème et certaines expressions,  mais bravo pour ce lacher prise.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isabel Vazquez

L'ambiance de votre poème me happe, m'absorbe, l’englouti, waouh!!!

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites