Cisco

Fukushima mon amour

Messages recommandés

Cisco

Aujourd'hui le ciel est gris
le vent n'a pas chassé la pluie.
Sais-tu qu'il faut 24 000 ans
pour que le plutonium s'apaise ?
C'est le hic de l'atome, et pourtant
combien pour que la vie se taise ?
 
Je prends mon  Bescherelle,
conjugue tes mots à nos plaisirs.
Je prends mon becquerel,
conjugue tes maux à nos souvenirs.
 
C'était un matin d'hiver
là-bas dans la montagne,
je t'avais rêvé nue.
Premiers émois, dans la campagne,
On avait les atomes crochus.

 Oui tu étais une bombe,
tu m'avais atomisé ma chérie.
Bien-sûr l'atome et son monde,
tu en connais un rayon ma souris.
 
Il est des terres brulées,
comme un corps qui frémit.
Toi ton corps chaud et doré,
est une terre qui guérit.

 

 

(photo que j'ai prise un petit matin entre Reims et Chalons puis retouchée sur logiciel pour donner l'aspect liquide)

Fuckushima.jpg

  • Aimé 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes
Il y a 10 heures, Cisco a dit :

Il est des terres brulées,
comme un corps qui frémit.
Toi ton corps chaud et doré,
est une terre qui guérit.

cette strophe, en particulier, résonne bien et la photo est superbe ! J'aime ❤️ 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cisco

Merci @Joailes, j'ai choisi ce titre car j'ai écris ce poème à ma femme au moment de la catastrophe de Fukushima. Je l'accompagnais à ses traitements de rayons.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

@Cisco il est d'autant plus émouvant après cette précision, je le lis forcément d'un autre œil ... 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Muriell

Votre poème est sublime de fougue.

Avant de lire votre commentaire, j'avais pensé à une grande complicité avec la personne qui en est le sujet. J'admire la force de ce lien.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

En sachant le contexte dans lequel ce poème fut rédigé, comment rester insensible ? 

Comment ne pas se sentir ému en lisant ces lignes ?

Le 11/02/2019 à 09:02, Cisco a dit :

C'était un matin d'hiver
là-bas dans la montagne,
je t'avais rêvé nue.
Premiers émois, dans la campagne,
On avait les atomes crochus.

 Oui tu étais une bombe,
tu m'avais atomisé ma chérie.
Bien-sûr l'atome et son monde,
tu en connais un rayon ma souris.

 

Merci pour ce partage Cisco.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites