Jump to content
Papy Adgio

Joucas

Recommended Posts

Papy Adgio

De la musique d’abord, disait le poète. De la musique,  magique, qui claudique, qui décompte basique, des bibis accrochés aux parterres de pierre grise. De la musique qu’on sait par cœur, qui domine haut, qui dévisse, qui chique corps et âme, qui couine et scie jaune et s’écrase comme une caisse.

 

… Et peut-être Nougaro qui déclame sa réclame…

 

Claquettes coquées coquettes aux pieds, j’escalade la calade, le long escalier qui grimpe, chaotique, vers les créneaux craquelés des hautaines hauteurs. Au pas des mules, émule du pape, recueilli et contrit au tripot des poteries multicolores qui brinqueballent sur les parapets.

 

Effluves fluviales dans les bouquets de bougainvillées, trilles naseaux bouchés du jasmin trompette, vapeurs évaporées des lauriers roses, bulles ballottées des holboellias embaumés. Au gré de l’ascension s’éventent les visites virtuelles du souvenir au souffle intimiste de Paolo Fresù.

 

Sous le voile violet de volets à peine éveillés, vacille la flamme fière des volumes volubiles. Solo de batterie dans une cuisine aveugle. Volutes du violon dans les verts bavardages. Evanescentes gammes au piano égarées. Sourdes ou sopranos les voies de garage du quotidien voyagent à nos oreilles de devins. 

 

A grandes enjambées, je vole vers la vue imprenable sur les collines du Luberon, malgré la chaleur qui tente une attaque entre le feuillage dense. Le pavé hache la progression. Le souffle, de plus en plus court, se heurte aux murs de pierre solide. Les odeurs, tout à l’heure distinctes, se mêlent aux rumeurs. Vivacité du romarin, vaisselle que l’on cogne. Quelques souffles de vie s’exhalent des pierres. Peut-être en souvenir de vieilles veillées vaudoises. Coup bref d’une horloge dans un salon endormi. Murmure d’une abeille sur un figuier en fleur. Vocables sonores dans le silence de la ruelle.

 

Ça et là, dans cette luxuriance végétale, odorante et sonore, des murs de pierre ocre, semblable à celle du pays, des vases lancinants posées sur un muret, un banc délaissé au soleil d’une terrasse, des huisseries couleur de lavandin qui offrent leur patience, leur sérénité aux sens éveillés. Et ça et là, épuisées par le temps, les œuvres de Plaud et Huybroeck.

 

C’est l’heure de la sieste, à Joucas. Même le vent, discret, enveloppe avec nonchalance les statues de métal offertes à celui qui déambule.

 

Muets et recueillis, nous goûtons pleinement au plaisir du voyeurisme sensoriel.

 

1239372843_Joucas13(Copier).jpg.d368a836f160055257e359c0eb6526bf.jpg

 

Photo Papy Adgio - Calade à Joucas (84)

Edited by Papy Adgio
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Un tourbillon de fêtes poétiques! Exquise plume qu'on ne présente plus , irrésistible, badine, musicienne, danseuse, fouineuse de senteurs oubliées, joueuse et jongleuse de mots damasquinant verbes et images, éclaireuse de vieux sentiers...le Luberon que je connais bien. Le 5ème paragraphe est magique tel un patchwork sensoriel.

Puissant.

Bravo Papy!

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cisco

Merci pour ce bain de soleil, jolie photo qui m'évoque les paysages et villages près de chez mes parents qui habitent Pernes les Fontaines, en fait pas très loin de Joucas.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Bon ben que dire que je n'ai déjà dit à propos de tes écrits ? C'est toujours un grand moment de te lire et de voir tes photos ... Chez @Papy Adgio y'a tout c'qui faut : paysages et beaux mots parfumés qui nous entraînent, en effet, dans un "voyeurisme sensoriel".  Merci !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Notabene

La sieste finale fait du bien après cette danse effrénée parmi tes mots entremêlés!

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Ici votre guide @Papy Adgio qui vous offre une nouvelle étape dans ce grand voyage poétique à travers la France. Et comme les précédentes, toujours le même plaisir à la découvrir.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...