Jump to content
Cisco

Germaine

Recommended Posts

Cisco

Germaine est fille de la campagne et de la forêt, petite fille de bûcherons.
Ma relation avec Germaine a commencé bien avant que ma femme en tombe amoureuse. J’ai connu les Parents de Germaine plus tard quand ma femme me les a présentés. Germaine ne laisse pas indifférent, dans la région de Reims à Epernay tout le monde connaît Germaine.


La première fois que je suis allé au village de Germaine, je n’étais qu’un gamin, un petit scout qui allait camper dans la forêt près de la ferme des bœufs. Je me souviens de notre chef Francois qui nous enseignait à vivre auprès de la nature, des jeux d’approche dans la nuit noire et humide de la forêt. De ces petits matins givrés où l’on allait en short se laver dans l’abreuvoir de la ferme des bœufs. On était toujours bien accueillis par Bernard et Isabelle Verdonck. Bernard grand et costaud comme un ours avait la voix grave de Philippe Noiret. À la ferme des bœufs, il n’y avait plus de vaches mais quelques moutons et un élevage de cochons.


Ce n’est que des années plus tard et avant que je fasse sa connaissance que ma femme est devenue institutrice au village de Germaine. Sa première classe pour ses vingt ans, ce fut une classe unique où elle accueillait les petits et les grands, les enfants de Germaine et ceux de Bernard et Isabelle. Je crois que ce n’est que peu avant que l’on se marie que Lo, m’a révélée qu’elle avait aimée et vécu dans le village de Germaine. Elle m’avait dit j’ai une deux familles là-bas, c’est la famille Verdonck à ferme des bœufs et la famille des Parents de Germaine. Une Belle, coïncidence, mais ici en province le monde est petit.

On y est allé ensemble, main dans la main, la ferme des bœufs était devenue ferme auberge. Lo m’a montré que je ne connaissais pas tout de Germaine. Elle m’a fait découvrir et visiter le musée des bûcherons, dans la rue derrière à côté du vieux lavoir, la mairie-école ou elle logeait et faisait classe. Tout près, la ferme des Parents de Germaine n’avait pas changé, les trois autres filles d'Albert et Suzanne Parents s’appelaient : Rosa, Marguerite et Lola. Albert qui venait de les traire et nous a proposé un bon verre de leur lait encore tout chaud et crémeux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Ah les souvenirs ! Que c'est bon de les retrouver... 

Bravo @Cisco c'est sympa de  les partager ! Merciiiiiiiii !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Puis-je me permettre de vous demander si votre texte est ici autobiographique ?

À la lecture, il est difficile de ne pas le penser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cisco

Merci @Jeannine B et @Eathanor pour votre lecture. oui Eathanor c'est autobiographique et les personnages cités existent. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...