Jump to content
Frédéric Cogno

A tes pieds

Recommended Posts

Frédéric Cogno

Je me plais à rêver un soir de Catalogne,

Dans la chaleur d'un bar fréquenté par les borgnes,

Le phrasé des gitans te supplie jusqu'à l'aube

Sur les tables dressées de retrousser ta robe.

De la vague enroulée par ce flux de dentelle,

En fin de plis bleutés quand la mousse chancèle,

Sous ces flots effleurants qu'avons-nous de plus beau

Sinon tes petits pieds fleurons du flamenco?

 

Sous les lampes groggy, les dés ne roulent plus.

Que caracole à cœur le camphre à ses pieds nus!

Agapes de rosée de la fleur à la fraise,

En rouge escapade sur les tables de braises,

Voilà qu'ils vont danser en petits escadrons

De pantins potelés couleur de potiron.

De la patte piaffant, de patins en pantoums,

Je ne vois plus tes pieds mais des jets de loukoums!

Une folle échappée fondant de galéjades,

Facétieux petits pieds sur les galets de jade

Qui pavoisent pimpants comme un pudding d'ivoire

En émaux d'osselets sur l'affluent du soir!

 

Que ces tendres laquais tout crémeux d'avocats

Continuent à danser au ras des pétunias!

C'est un spray d'escarpins escortant l'escarmouche,

Plus léger qu'un pollen, que des pattes de mouche,

Tels des trolls diluviens, ils poinçonnent les fleurs,

En pirouettes d'or sautillant moissonneurs,

Au bal des papillons entre les étamines,

En tango de bourdon pétulant de sublime!

Peluches envolées en glissando futé,

Semelles de fraîcheur perdues dans la foulée,

Ô psaumes des parfums tapotant les pétales!

Claquettes d’aloès, cardamome aux sandales

Encore toutes poudrées de la Sierra Léone!

L' échevelée cheville en chaleur échelonne

Des petits pas fusants, berlingots de surprise,

Des fournées de velours, d'échantillons de brise!

 

Quoi de plus merveilleux que tes jolis pieds nus!

 

Petits sabots de suif trottinant dans les nues!

J'aime les regarder, les palper, les pincer,

Sentir entre mes doigts leur plus douce flambée;

A la sauvette aussi, fringant d'un carnaval,

Toujours à carreler les salons et les bals.

Sur la berge des cieux arpentant les nuages,

Ombrettes d'un rameau, est-ce un pas? Un collage?

Sur ce sol envahi par les fleurs et les elfes?

Ô plantes en duo! J'ai cinq feuilles d'un trèfle!

Comptant tes doigts de pied aux abords des prairies,

A tes pas enchanteurs, des cristaux de rubis,

Brandons de vernis frais, cabochons rouges sceaux,

Jonchent le vieux sentier qui mène à ton ruisseau.

Tes pieds de spadassin, de spartiates, pataugent!

Ô langues des sources dans la bouche des Vosges!

Petits ombles oblongs dans les fonds sablonneux!

Éclaireurs du courant, charmantes algues bleues!

Affûtant tes pieds nus, le torrent pédicure,

De nacres écaillées suit ta gracieuse allure!

 

Et ils dansent toujours et tu sillonnes encore,

La marche est retenue, funambule Pandore!

Sur le filin des âges, l'équilibre reprend

Le cours de leur histoire et les commencements...

 

Quand tes jolis pieds nus à l'appel du destin,

Prenaient le feutre vert des tapis oasiens,

Chaussés de silence sur le table attiédi,

Non loin des campements dans la fraîcheur des puits,

Un pas s'est souvenu balayé par le vent

Brûlant dans le couloir des déserts Ottomans,

Des traînées de serpents comme des mosaïques,

Des frises de lézards, des saignées de lombrics;

En slalom Salomé, en défilé subtil,

Sur le sable mouvant, toute trace est fragile...

Parfois même apeurés par des rayons de lune,

Tes pieds me font penser à des furets de dunes!

 

Et puis l'un se souvient d'une toute autre voie,

Sur la mousson mêlée à la boue et au bois,

Tes pieds en jeunes pousses ont côtoyé les champs,

Deux roses irriguées aux rizières de Chang,

Engrais de sang semé dans le pré des Maldives,

C'était comme un jardin pour deux jolies endives!

 

Alors qu'ils se pâment! Pamphlet de poum, poum, paf!

Petits pas sur la proue, la rumba du mataf,

En lapis-lazuli sur le plancher brillant,

Sentinelles au savon du lever au couchant,

Laissent des traces bleues, des textures tribales,

Un peu de l'océan, des cendres cannibales.

Fourmillant à la mort un talc venu des crânes,

Tes pieds peuvent feuler colporteurs des chamanes,

Fumer les jambes en l'air, monter soudain au ciel,

En serres de rapaces! Ô joutes sexuelles!

Toupets de pétons pâles ayant pris son envol!

Féérie d'un looping par dessus mes épaules!

Nichée de fantoches! Fantasques fanfreluches!

Essaim de doigts de pied ayant quitté sa ruche!

Tourbillon grimaçant, épousailles des cendres!

Ces planeurs chatouillés ne voudront pas descendre!

Talonnant tous les anges et bottant l'astre clef,

Ils sont bien mieux là-haut à pépier la becquée.

Ils vont à la volée débusquant dans l'aisance,

Cent ciseaux du plaisir qui découpent les transes,

Et tombent en éclairs sur le sol Honky-Tonk...

Ah! quel atterrissage! Se poser en diphtongue!

Renaître se terrant comme une eau qui va sourdre,

Ou s'enfuir feu follet sur la traînée des poudres,

En voyant tes pieds nus, Patapon et Palm Beach,

Pétarade insurgée sur la fiente du kitsch,

Parfois je me demande au début d'un quatrain,

A quel pied se fier pour mes alexandrins?...

 

Edited by Frédéric Cogno
  • Aimé 7

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Chapeau pour ce long texte qui manie le pied à merveille !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cisco

Frédéric tu as la passion de petits pieds voyageurs qui finissent par se transformer en pantoufles de vers.

comme dit Jeannine, Chapeau

il y a belles trouvailles comme celle-ci :

"C'est un spray d'escarpins escortant l'escarmouche,

Plus léger qu'un pollen, que des pattes de mouche,"

ou

" Essaim de doigts de pied ayant quitté sa ruche! "

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Voici un long poème qui aurait pu décourager un lecteur pressé, mais non, tout s'enchaîne avec de très belles images, une magnifique performance,

vraiment ! Bravo @Frédéric Cogno c'est puissant. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

C'est un exercice de style des plus réussi ! Merci pour le moment dansant et ce plaidoyer par l'exemple au vers sonnant et jamais trébuchant !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stephane94

Des bars de Catalogne aux prés des Maldives, en passant par la Sierra Leone, les déserts Ottomans et même dans les Vosges - sans parler des rizières de Chang et autres coloporteurs de chamanes - ce poème à la fois dense et haut en couleurs nous emmène dans de vastes contrées où foisonnent une multitude de sons, de joutes et de textures... Des petits pieds de flamenco aux pieds d'alexandrins, il n'y a qu'un pas... de pied 🙂

Du beau travail @Frédéric Cogno !

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a 3 minutes, Stephane94 a dit :

Des bars de Catalogne aux prés des Maldives, en passant par la Sierra Leone, les déserts Ottomans et même dans les Vosges - sans parler des rizières de Chang et autres coloporteurs de chamanes - ce poème à la fois dense et haut en couleurs nous emmène dans de vastes contrées où foisonnent une multitude de sons, de joutes et de textures... Des petits pieds de flamenco aux pieds d'alexandrins, il n'y a qu'un pas... de pied 🙂

Du beau travail @Frédéric Cogno !

 

Merci infiniment Stéphane. Pour tout dire, j'ai longtemps hésité avant de poster ce poème plutôt longuet, redoutant une certaine lassitude chez le lecteur. Je prends conscience ici sur ce site avec ce type de texte que les lectures qui me sont gratifiées sont attentives et comme passées au peigne fin. C'est un luxe inouï d'être lu de cette manière aujourd'hui. Merci du fond du cœur Jeannine, Ethanor, Joailes, Ludovic,Cisco, et vous stéphane.

  • Aimé 1
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 26/01/2019 à 11:43, Frédéric Cogno a dit :

Quand tes jolis pieds nus à l'appel du destin,

Prenaient le feutre vert des tapis oasiens,

Chaussés de silence sur le table attiédi,

Non loin des campements dans la fraîcheur des puits,

Excellente balade exotique, sur la pointe des pieds. Des contrées, des anecdotes, de l'érotisme soft. Bref, une belle plume voyageuse. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Notabene

Je ne pense pas que le pied, quel qu'en soit sa définition, puisse aussi bien être mis en valeur dans quelque autre poème que ce soit.
Félicitations Frédéric!

 

Et "pantoum" et "feuler" tout 2 réunis en un même poème, c'est forcément du haut vol  😉

Edited by Notabene
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yguemart

@Frédéric Cogno J'ai pris mon pied (je sais, c'est trop facile) et comme on dit dans ce cas : plus c'est long, plus c'est bon !

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Féludorée
Le 26/01/2019 à 11:43, Frédéric Cogno a dit :

Voilà qu'ils vont danser en petits escadrons

De pantins potelés couleur de potiron.

De la patte piaffant, de patins en pantoums,

Je ne vois plus tes pieds mais des jets de loukoums!

 

Ce passage est absolument délicieux ! En plus d'être drôle, les allitérations (une de mes figures de style préférées) donnent envie de sautiller ! Bref, j'ai pris mon pied, si je puis m'exprimer ainsi ! Il y a tant de trouvailles, aussi bien du point de vue du rythme que du champ lexical ! É.p.a.t.(t).a.n.t. 😂

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
N'Silina

Nulle lassitude à vous lire, bien au contraire, tant votre texte est imagé, audacieux, sensuel, riche et parfaitement travaillé.
Il s'étire si joliment sous le regard émerveillé qu'il nous faut encore le relire, et puis une fois encore !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 7 heures, N'Silina a dit :

Nulle lassitude à vous lire, bien au contraire, tant votre texte est imagé, audacieux, sensuel, riche et parfaitement travaillé.
Il s'étire si joliment sous le regard émerveillé qu'il nous faut encore le relire, et puis une fois encore !

C'est trop gentil merci N'Silina!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Merci Seawulf, Notabene, Feludorée, Yguemart, N'Silima pour pour vous être attardés sur ce texte!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fleur de poème

Un texte qui m'a emportée dés le départ, j'ai été bercée par sa musique autant que par les mots qui l'accompagnaient !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Camine

quelle maîtrise! un grand merci à vous, Frédéric,  pour ce voyage! 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Je suis de la même génération qu'Yguemart et donc les mêmes tics humoristiques. Mais d'habitude, j'arrive avant lui ! Et bien, je le dis quand même : j'ai pris mon pied... surtout en pensant que tu as fait tout ce chemin à pied !!! Bravo pour la performance (poétique évidemment).

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 3 heures, Papy Adgio a dit :

Je suis de la même génération qu'Yguemart et donc les mêmes tics humoristiques. Mais d'habitude, j'arrive avant lui ! Et bien, je le dis quand même : j'ai pris mon pied... surtout en pensant que tu as fait tout ce chemin à pied !!! Bravo pour la performance (poétique évidemment).

Un grand merci papy!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...