Jump to content
ouintenabdel

La science et la littérature se crêpent le chignon

Recommended Posts

Rosa Canina

C'est léger et drôle, j'aime énormément. Il me faudra plus d'une lecture pour saisir toutes les dimensions de ce duel. Je retournerai sur le lieu de cet affrontement féroce, dès ce soir. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Votre texte, cher @ouintenabdel, trouverait parfaitement sa place dans la section qui viendra sous peu et qui sera destinée à accueillir les textes qui, plus que de la poésie, sont de l'ordre de la réflexion, de considérations philosophiques ou bien des courtes nouvelles. Cette section arrive sous peu promis 🙂

 

Pour le reste, votre texte fut un plaisir à lire et lorsque vous écrivez 

Il y a 2 heures, ouintenabdel a dit :

Je ne mélangeais jamais mes livres techniques avec les romans et les recueils de poèmes. C’était une question d’organisation. On ne mélange pas les torchons et les serviettes !

Je ne peux qu'approuver.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Notabene

Voilà un rififi littéraire fort intéressant 🙂 Un coup de folie? Un mauvais rêve? Une hallucination? Je ne sais quelle formule est la bonne, mais quand mathématiques et littératures finissent en confettis, voir en feu d'artifice avec les artifices respectifs, c'est forcément grandiose!

 

NB: J'ai particulièrement aimé "les bras douillets" de la littérature... Et puis, tous ces ouvrages cités, qui donnent à votre prose un faux air d'inventaire, je trouve cela très judicieux! A relire... et puis, peut-être recoller tous les morceaux? 😉

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Merci Rosa canina, Eathanor et Notabene pour vos commentaires respectifs. Mon texte est quelque peu  déroutant,:  trop long et prosaïque à certains endroits, j’en conviens. Je voulais me frotter au genre fantastique, un peu à la manière de Théophile Gautier dans son texte  la Cafetière. Je voulais ainsi mêler le genre poétique au registre  fantastique. Excusez mon audace ! merci encore  une fois pour votre indulgence !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Je me permets de revenir. J’ai oublié quelque chose ! Pour situer mon texte, je vous invite à lire ce superbe passage du grand poète Théophile Gautier tiré de « La Cafetière ».

 

Oh! non, je n'ose pas dire ce qui arriva, personne ne me croirait, et l'on me prendrait pour un fou.

Les bougies s'allumèrent toutes seules; le soufflet, sans qu'aucun être visible lui imprimât le mouvement, se prit à souffler le feu, en râlant comme un vieillard asthmatique, pendant que les pincettes fourgonnaient dans les tisons et que la pelle relevait les cendres.

Ensuite une cafetière se jeta en bas d'une table où elle était posée, et se dirigea, clopin-clopant, vers le foyer, où elle se plaça entre les tisons.

Quelques instants après, les fauteuils commencèrent à s'ébranler, et, agitant leurs pieds tortillés d'une manière surprenante, vinrent se ranger autour de la cheminée.

                                                                                                                                                                                                          Théophile Gautier, La Cafetière, 1831.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Je me suis régalée en te lisant et je te remercie pour cette référence à Théophile Gautier qui m'a donné envie d'aller chercher son livre, tout poussiéreux en haut de ma bibliothèque, étudié en classe il y a longtemps, lors que je n'étais pas encore dinosaure ... 😉 

Ton histoire m'a fait penser à ce petit film, vu il a quelques temps sur le net :

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2216208931975349&id=1758173787728119  

 

Bravo et mille mercis pour ce bon moment. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papy Adgio

Quelle belle idée ! j'avoue qu'au début, on y croit à ton histoire de bon élève ordonné et puis... ça part en cacahuète et le délire nous emporte et nous emballe. Sans compter les petites finesses  avec "la saison en enfer" qui ouvre le bal de l'énumération des participants au carnage. Merci pour cet excellent moment et, quand c'est bon, ça n'est jamais long !!! (sans arrière pensée aucune !!!)

  • Merci 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf

Une très belle histoire racontée avec talent. Anecdotes, humour et littérature font bon ménage. J'ai bien aimé, cette formule, style chronique. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fleur de poème

je reviendrai mettre mon ressenti quand j'aurai lu et relu car ce texte est très riche.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel
Le 13/01/2019 à 18:07, Joailes a dit :

Je me suis régalée en te lisant et je te remercie pour cette référence à Théophile Gautier qui m'a donné envie d'aller chercher son livre, tout poussiéreux en haut de ma bibliothèque, étudié en classe il y a longtemps, lors que je n'étais pas encore dinosaure ... 😉 

Ton histoire m'a fait penser à ce petit film, vu il a quelques temps sur le net :

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2216208931975349&id=1758173787728119  

 

Bravo et mille mercis pour ce bon moment. 

 

Le 13/01/2019 à 18:23, Papy Adgio a dit :

Quelle belle idée ! j'avoue qu'au début, on y croit à ton histoire de bon élève ordonné et puis... ça part en cacahuète et le délire nous emporte et nous emballe. Sans compter les petites finesses  avec "la saison en enfer" qui ouvre le bal de l'énumération des participants au carnage. Merci pour cet excellent moment et, quand c'est bon, ça n'est jamais long !!! (sans arrière pensée aucune !!!)

 

Le 13/01/2019 à 18:23, Papy Adgio a dit :

Quelle belle idée ! j'avoue qu'au début, on y croit à ton histoire de bon élève ordonné et puis... ça part en cacahuète et le délire nous emporte et nous emballe. Sans compter les petites finesses  avec "la saison en enfer" qui ouvre le bal de l'énumération des participants au carnage. Merci pour cet excellent moment et, quand c'est bon, ça n'est jamais long !!! (sans arrière pensée aucune !!!)

Un grand merci Joailes, Papy Adgio, Seawulf, Fleur de poème et Yguemart.

Vos encouragements me vont droit au cœur.

Je suis fort heureux de déambuler  à nouveau allègrement dans les allées fleuries du magnifique jardin du site Accents poétiques.

J’ai hâte de me délecter du nectar de vos vers. Veuillez excuser mon silence radio assourdissant. J’étais fort occupé ! Mes salutations poétiques.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Quel plaisir de vous lire ! C'est léger et angoissant à la fois ! J'ai adoré suivre votre bataille littéraire. Merci pour votre jolie plume qui fait du bien au coeur !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cisco

J'ai aimé cette histoire avec son côté fantastique, je me dis qu'il faudrait trouver une formule pour réconcilier ces livres un peu comme les savants cherchent une formule pour concilier mathématiques classiques et quantiques. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Mille mercis Jeannine B et Cisco pour vos gentils commentaires. Je suis content que mon texte ait suscité votre intérêt et qu’il ait emporté votre adhésion. Soyez-en remerciés derechef.

 

Cisco, vous voulez qu’on trouve une formule pour réconcilier les deux cultures scientifiques et littéraires. C’est déjà fait. On a fini par trouver la parade. Le terme « science » est désormais accolé aux disciplines littéraires. On parle de sciences humaines, de sciences sociales, de sciences artistiques, de sciences religieuses et que sais-je encore !

Dans mon texte, je laisse justement la porte ouverte à une réconciliation : dans les étagères dégarnies, il reste néanmoins un ouvrage : le dictionnaire Larousse. Celui-ci renferme et le vocabulaire technique et le lexique littéraire. Il est la preuve tangible que les deux cultures peuvent cohabiter en bonne intelligence.

Je vous dois quand même une explication sur le thème de mon texte.

A travers ma nouvelle, je voulais mettre en avant le conflit larvé qui oppose les littéraires aux scientifiques. Ceux-ci voient ceux-là avec une certaine condescendance.  D’ailleurs, dans ma nouvelle, ce sont les ouvrages scientifiques qui montent au feu et ouvrent les hostilités.

Dans la vie active, les détenteurs d’un diplôme en lettres sont traités en parent pauvre. Ils ont par exemple moins de chance de trouver un emploi.

 

Permettez-moi enfin de vous donner à lire cette citation d’un physicien contemporain, Edouard Labin pour ne pas le nommer : « la science et la poésie sont sûres et illuminent conjointement les rapports de l’homme avec les choses. Par l’enquête raisonnée de la science, les choses livrent leurs secrets à l’homme. Par les raccourcis émouvants de la poésie, l’homme voue son âme aux choses. Les deux sources de vie sont également belles, également nécessaires. Que l’une chasse l’autre, et nous sommes du bois sec, bientôt abattu par la hache du barbare… »

A bon entendeur salut.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...