Aller au contenu

Devant l'augmentation des membres se contentant de poster leurs poèmes sans réagir aux autres textes, merci de ne pas oublier que cette communauté est placée sous le signe du partage.

Recevoir des retours sur ses textes est toujours enrichissant. N'oubliez pas de redonner un peu de ce que vous recevez en prenant le temps de commenter.

Féludorée

berlin crépite...

Messages recommandés

ouintenabdel

Joli poème surréaliste construit sur des oppositions : « blanche » (v.3) / « encre raturée » (v.21), « bruit » (v.11) / « silence » (v.19), « cime » (v.15) / « racines » (v.16).

Le thème du feu : « crépite », « craquette », « pétards » se mêle à celui de la nature : « branches », (v.3), « plumes » (v.14), « cime » (v.15), « racines » (v.16), « feuille » (v.17). On sent dans votre beau poème l’influence de Paul Éluard . Belle réussite ! Bravo !

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Notabene

A la lecture de ton poème, je m'interroge sur ta source d'inspiration: je pars dans 2 directions totalement opposées, c'est assez troublant! Mais cela ne change rien à la qualité de ton écrit dont le champ lexical autour du feu est très riche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Un poème indéniablement incandescent malgré cette humidité blanche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Papy Adgio

J'aime beaucoup (et quand je n'en dis pas plus, c'est que j'aime vraiment beaucoup !!!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Berlin étant ton thème de prédilection, je ne suis pas étonnée 😉  mais celui-ci est mon préféré,  sans vraiment savoir pourquoi. Peut-être la présence de ce merle enfui ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Il y a 22 heures, Féludorée a dit :

arme amsel*

ce soir ta silhouette

de plumes n’est plus là

est-elle tombée de la cime

aux racines comme

feuille froissée

mes pensées elles

avides de silence

sursautent

encore et d’encre raturée

J'aime cette façon de raconter, infiniment poétique. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stephane94

Un poème propice à la contemplation dans un univers cotonneux où l'hiver a déposé son drap.

Belle poésie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Féludorée

Ah je savais bien que je n'avais pas répondu aux commentaires de ce poème ! Je vous remercie pour vos lectures, vos petits cœurs et vos commentaires qui enrichissent la relecture de mes poèmes.

 

Je suis très étonnée de cette influence éluardienne que vous décelez dans ce poème, @ouintenabdel. Il va falloir que je le relise pour mieux comprendre le rapprochement que vous faites.

 

@Notabene, j'aimerais bien que tu me soumettes tes deux suppositions quant à ma source d'inspiration avant que je ne livre les clefs de lecture. 🔑

 

@joailes, je ne sais pas si Berlin est mon thème de prédilection mais comme il est au cœur d'un recueil en cours d'écriture, il l'est du moins dans les poèmes qui constituent ce recueil.

 

@Eathanor, @Papy Adgio, @Seawulf et @Stephane94, tout simplement merci pour vos commentaires qui me vont droit au cœur. ❤️ 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Notabene
il y a 1 minute, Féludorée a dit :

@ouintenabdel

 

@Notabene@joailes, j'aimerais bien que tu me soumettes tes deux suppositions

 

@Eathanor@Papy Adgio@Seawulf@Stephane94

Je pensais soit à des feux d'artifices pour célébrer la nouvelle année, soit un attentat ou des débordements de manifestations violentes. Alors ? 🙂

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Féludorée

La première supposition est celle qui a effectivement inspiré ce poème il y a quelques années maintenant. Mais je me doutais de la seconde parce qu'effectivement le poème se prête également à cette lecture - sans le vouloir. Mais en Allemagne, les feux d'artifice privés sont très populaires le 1er Janvier. C'est de la folie, surtout à Berlin. Les gens font des essais quelques jours avant et la pression monte jusqu'aux douze coups de minuit où là tout éclate jusqu'à 3h du mat (dans mon quartier qui est plus calme, ça s'est arrêté à 2h). Cet homme qui a jeté un pétard par-dessus son épaule, je l'ai vu depuis mon balcon au 3ème étage dans l'ancien quartier où j'habitais (plus central). C'est ce qui a déclenché l'écriture de ce poème.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×
×
  • Créer...