Frédéric Cogno

La truffe

Messages recommandés

Frédéric Cogno

Miss terre, ô mystère aux complaintes enfouies!

Fantasque nodule  des marnes assoupies,

Étrenne de l'hiver, exil des fièvres noires,

Intrigante logée dans sa crypte secrète,

À l'abri des regards, faisant fi des courbettes 

Du pilleur sans grimoire...

 

Nivôse miroitant près des chênes pensifs,

L'hôtesse jalousée par le givre attentif,

Exhume au vieux terroir d'étranges confessions 

Mêlant la feuille morte à la froide rocaille,

L'herbe, à tous les non-dits, son cercle d'épousailles

Aux rayons polissons. 

 

Quand rôdent le soleil et son petit midi

Sur des démangeaisons de bois morts amollis,

Ô tuber bien-aimée!  Rabasse! Talisman!

Le fief se souvenant du filon des augures,

Chéri pour qui sait croire aux savantes brûlures,

Fait naître les tourments...

 

Et l'aire clochetant des hochets de grésil,

La baguette rusée suit la mouche fébrile,

Le cochon renifleur fuit la Raison d'État.

Gouaille des ardeurs! Les ombres marivaudent!

Le chien en pourparlers a trouvé la noiraude 

Dans son écrin de foi.

 

Mais alors, quel joyau! Joliment bosselé,

Météore caché dans l'antre des chênaies!

Qui n'a jamais rêvé, le jour, en solitaire,

Cachottier des vallons, longer d'humides schistes,

Pour flairer tendrement narguant les fausses pistes,

Une poignée de terre!...

 

Ah! ravir ses parfums, sous le nez, mains tremblantes!

Fragrance des grands ducs musquée à l'épouvante!

Sa sonate inspirée des profonds corridors,

Nous raconte Marly et ses violes de gambe 

Qui, entre les cuisses des muses de décembre,

Valent tous les trésors!...

 

 

  • Aimé 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
joailes
Il y a 2 heures, Frédéric Cogno a dit :

Mais alors, quel joyau! Joliment bosselé,

Météore caché dans l'antre des chênaies!

Qui n'a jamais rêvé, le jour, en solitaire,

Cachottier des vallons, longer d'humides schistes,

Pour flairer tendrement narguant les fausses pistes,

Une poignée de terre!...

absolument superbe et décrit bien la joie de trouver une truffe ! 🙂 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Papy Adgio

Merveilleux, chaloupant, dansant... avec un petit faible pour le cochon renifleur qui fuit la raison d'état !

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Notabene

Ton avant-dernière strophe m'a fait rire 🙂 En fait, chacune des strophes prise indépendamment pourrait constituer un petit poème à part entière!

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Tout à fait merveilleux de maîtrise et d'onirisme.

Un grand coup de cœur pour moi.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yguemart
Il y a 14 heures, Frédéric Cogno a dit :

Qui, entre les cuisses des muses de décembre

@Frédéric Cogno Je t'ai reconnu 😉 Plaisanterie mise à part, c'est superbe.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
N'Silina

Il y a de la succulence à vous lire et à s'y attarder...

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites