Aller au contenu
Alcibiade

Pour le bois qui tombe

Messages recommandés

Alcibiade

Non les portes ne seront plus ouvertes

La folie traversera les rues dans son habit de vieille

Les cœurs oublieront l'unisson des marées

Le pavé sous la pluie ne servira plus jamais
Dans les jeux du poète
Au poing au poing il saignera sans fin

On cachera l'enfant au fond de nos entrailles
Pour une vague impatiente qui secouera ses mains

Blessés
Âmes mortes
Métal nu
Feuilles égarées
Roues libérées du temps
Montée imaginaire vers quel argent
Allumeront les parquets divins
D'un Olympe déserté

On avancera en cohortes bancales
Jusqu'au fond des précipices

L'alcool jouera ses derniers accords blêmes
Dans l'esprit des violons

L'espoir ne sera plus jamais vendu
Aux commerces des croyants

L'allumeur de cigares se passera de tout
De l'amour même
Puisqu'il le faudra bien

Défaire les nœuds pourquoi ?
Le froid qui suit n'encaisse pas les coups

Plus aucun animal n'ira vers nos caresses

Les montagnes tomberont en pluie
Sans l'escorte des marcheurs

Et à l'ombre de quoi sauverons-nous
Dernières peaux humaines
Que la Terre éjecte de ses fibres ?

La lune coulée lente
Fendra l'espace d'un dernier cri éteint

L'avion rêveur planera en longs tourbillons fins
Au-dessus des cascades
Puisqu'il est lancé !
Il faut bien qu'il finisse comme pierre au soldat

Qu'avons-nous dit ?
Qu'avons-nous fait ?
N'avons-nous jamais levé cette pierre
Qui assomme notre vue ?
Dernière prière

Modifié par Féludorée
Corrections des œ et d'un accent circonflexe
  • Aimé 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Myrtille
il y a 41 minutes, Alcibiade a dit :



L'avion rêveur plânera en longs tourbillons fins
Au-dessus des cascades
Puisqu'il est lancé !
Il faut bien qu'il finisse comme pierre au soldat

Qu'avons-nous dit ?
Qu'avons-nous fait ?
N'avons-nous jamais levé cette pierre
Qui assomme notre vue ?
Dernière prière

c'est comme une déflagration cette lecture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Notabene

J'ai eu la sensation de lire le prélude de la fin d'un monde.
J'aime énormément la mise en forme qui donne toute leur puissance aux vers qui se détachent. J'aime absolument toutes les strophes de 2 vers (pas sûre qu'elles s'appellent "strophe" dans ces cas-là?).
Quand le tragique devient beau, c'est que son auteur a un vrai talent d'écriture!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Vous savez assurément sublimer des paysages de fin du monde. Après avoir vu hier Nicolas Hulot dans l'émission politique de France 2 qui, quoi que l'on pense de lui, a lancé un véritable cri d'alerte sur le changement climatique, votre poème entre en résonance avec son discours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frédéric Cogno

Le désespoir sans fin évoqué avec talent .

Reveillera-t-il nos consciences?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Il y a 22 heures, Alcibiade a dit :

L'espoir ne sera plus jamais vendu
Aux commerces des croyants

 

Il y a comme une fin d'un monde, un terminus, avec cette dernière strophe interrogative qui laisse, me semble-t-il, encore la possibilité de faire un autre choix!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fleur de poème

j'ai ressenti ce texte comme les prémisses de l'apocalypse, plus rien ne résiste à moins que nous ne cherchions une autre voie plus humaine, moins matérialiste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...