Alcibiade

Pour le bois qui tombe

Messages recommandés

Myrtille
il y a 41 minutes, Alcibiade a dit :



L'avion rêveur plânera en longs tourbillons fins
Au-dessus des cascades
Puisqu'il est lancé !
Il faut bien qu'il finisse comme pierre au soldat

Qu'avons-nous dit ?
Qu'avons-nous fait ?
N'avons-nous jamais levé cette pierre
Qui assomme notre vue ?
Dernière prière

c'est comme une déflagration cette lecture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Notabene

J'ai eu la sensation de lire le prélude de la fin d'un monde.
J'aime énormément la mise en forme qui donne toute leur puissance aux vers qui se détachent. J'aime absolument toutes les strophes de 2 vers (pas sûre qu'elles s'appellent "strophe" dans ces cas-là?).
Quand le tragique devient beau, c'est que son auteur a un vrai talent d'écriture!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Vous savez assurément sublimer des paysages de fin du monde. Après avoir vu hier Nicolas Hulot dans l'émission politique de France 2 qui, quoi que l'on pense de lui, a lancé un véritable cri d'alerte sur le changement climatique, votre poème entre en résonance avec son discours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frédéric Cogno

Le désespoir sans fin évoqué avec talent .

Reveillera-t-il nos consciences?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Il y a 22 heures, Alcibiade a dit :

L'espoir ne sera plus jamais vendu
Aux commerces des croyants

 

Il y a comme une fin d'un monde, un terminus, avec cette dernière strophe interrogative qui laisse, me semble-t-il, encore la possibilité de faire un autre choix!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fleur de poème

j'ai ressenti ce texte comme les prémisses de l'apocalypse, plus rien ne résiste à moins que nous ne cherchions une autre voie plus humaine, moins matérialiste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites