Myrtille

Ombres phalliques

Messages recommandés

Myrtille

 

C’est ici les colonnes et les mots sur le sable
Un endroit rempli d’eau
La mer crache
Se vautre
Ce n’est plus un jeu
Dessus – Dessous
Où est l’homme ? qui est la femme ?
Le bleu pour les garçons, l'autre pour les filles

 
La mémoire s’inscrit 
Violente et ivre
Dans des éboulis de sable
A l’envers le sable sur la tête
Un monologue s’instaure d’entre les vagues
Que j’accompagne comme un chien
Dans la mer devinée

  
Sur la plage marchent nos ombres phalliques
Les drapeaux ont ouvert le champ de vision
Les cabines de bain ont disparu
Ta voix m’appelle
Traçant des lettres énormes qui barrent le chemin
Un caillou entre les doigts
J’attends la courbure de la terre
Il fallait faire demi-tour en haut de la butte

 

Modifié par Myrtille

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Notabene

J'apprécie énormément la première strophe de ce poème et le jeu qu'elle sous-entend... C'est un magnifique corps-à-corps naturel qui est dépeint là.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf

"Un caillou entre les doigts 
J’attends la courbure de la terre 
Il fallait faire demi-tour en haut de la butte"

 

Un texte tout en rondeur, malgré les ombres phalliques

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Comme @Notabene, j'ai été très sensible au jeu suggéré dans la première strophe.

Les ombres phalliques savent féconder notre imagination 😉 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites