Jump to content

Les insomnies décapitées


Recommended Posts

  • Administrateur
Eathanor

Dans les jardins exsangues de nos lendemains,

Les larmes d'ivoire jonchent les sols craquelés.

Sur le bitume épais d'un quotidien poisseux,

Les rires des enfants oubliés se fracassent.

 

Sous la lumière falote d'un réverbère éventré,

Un homme caresse le pelage d'un chien mort.

Ses doigts s'enroulent autour des poils ternes,

Et l'univers semble dormir dans sa bouche.

 

Chacun quête l'obole d'un visage abandonné

Dans les rues fangeuses des atomes urbains.

Mais dans l'apnée de nos insomnies décapitées,

Rien si ce n'est le crachat d'un Dieu en voyage.

  • Aimé 8
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Un texte lourd et puissant qui expulse ou vomit un étrange malaise bien plus sournois que la douleur.

Link to post
Share on other sites
Joailes

J'ai l'impression que même si ton texte n'était pas signé, je saurais qui l'a écrit ! 😉 (Tiens, tu pourras mettre ça dans la boîte à idées : tu mets un texte par semaine (non signé, bien entendu) et on doit deviner de qui il est ! 😉 ) Ceci dit, j'aime ❤️ j'ai dû écrire des trucs un peu similaires ! 🙂 Cœur rouge, cœur bleu ... 

Link to post
Share on other sites
Alcibiade

Des mots qui viennent du ventre et qui ne s'étouffent pas de sens. Qui partent de l'âme et de ses sensations. Poésie est là.
Une photo digne d'un film aussi :

 

Le 07/11/2018 à 16:52, Eathanor a dit :

Sous la lumière falote d'un réverbère éventré,

Un homme caresse le pelage d'un chien mort.

Ses doigts s'enroulent autour des poils ternes,

 

Link to post
Share on other sites
Seawulf

"Dans les jardins exsangues de nos lendemains,

 

Sous la lumière falote d'un réverbère éventré,

 

Chacun quête l'obole d'un visage abandonné"

 

Je me suis permis cette petite fantaisie pour vous dire que j'ai beaucoup apprécié votre texte.

Link to post
Share on other sites
Joailes
Le 08/11/2018 à 16:59, Eathanor a dit :

Merci pour vos commentaires qui me touchent autant qu'ils me rassurent sur mes écrits que j'ai tendance à estimer comme quelconques, cela sans fausse modestie aucune.

J'ai lu aujourd'hui une phrase de Rainer Maria Rilke qui m'a tellement rassérénée que je la partage ici avec toi.  (et avec les autres bien sûr)

"Rentrez en vous-même, cherchez la raison qui, au fond, vous commande d'écrire, creusez en vous-même jusqu'à trouver la raison la plus profonde et si, de ce retournement vers l'intérieur, de cette plongée vers votre propre monde, des vers viennent à surgir, vous ne penserez pas à demander à quiconque si ce sont de bons vers".

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
×
×
  • Create New...