Jeannine B

L'orage

Messages recommandés

Jeannine B

Barbouillé d'arc-en-ciel,

L'été moutonne ses vapeurs.

 

Au détour d'un ciel d'orage

Les nuages chahuteurs

Entrechoquent leurs éclairs

Jaillissant sous l'ombre du ciel.

 

Là-bas, sur les blés fastueux,

La pluie rejoint la terre,

Éclabousse les blondeurs

Mûries d'orgies solaires,

Patauge sur les flancs du chemin,

Posant ses fils dans les flaques dorées.

 

Déjà, l'azur purifié évoque la mer

Prise en flagrant écart de ciel.

Les tuniques grises et mousseuses,

S'éloignent tirées par les oiseaux

Que le vent avait dévié de leur trajectoire.

 

Badigeonné de bleu et d'or

L'été bourgeonne ses chaleurs.

  • Aimé 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
josé-fine
il y a 13 minutes, Cassiope a dit :

Posant ses fils dans les flaques dorées.

 

il y a 13 minutes, Cassiope a dit :

Déjà, l'azur purifié évoque la mer

Prise en flagrant écart de ciel

 

Images qui résonnent en moi... on s'y voit, on le ressent... Belle promenade orageuse d'été !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeannine B

Merci josé-fine !

Belle journée à vous !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Gros coup de cœur pour ce poème. Les images et la richesse du vocabulaire font de lui une peinture champêtre qu'il est plaisant d'imaginer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
joailes

"Là-bas, sur les blés fastueux,

 

La pluie rejoint la terre,

 

Éclabousse les blondeurs

 

Mûries d'orgies solaires,"

 

... de belles images tout en douceur ; on croit sentir l'arôme de la terre mouillée ... C'est superbement écrit !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeannine B

Touchée par vos commentaires.

MERCI beaucoup !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Plumepoete

SUPERBE ! Un grand bravo à vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Myrtille

Un que j'avais loupé, quand je dis que cela va trop vite, un par jour serait suffisamment à mon goût. Si je devais citer, ce serait tout, mais je vais extraire ceci :

 

"Déjà, l'azur purifié évoque la mer

 

Prise en flagrant écart de ciel."

 

quoique, là encore c'est trop beau

"Les tuniques grises et mousseuses,

 

S'éloignent tirées par les oiseaux

 

Que le vent avait dévié de leur trajectoire"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Medualc

L'auteure a, sans conteste, l’œil d'un photographe ou d'un peintre paysager amoureux de son sujet.

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites