Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Otage des vents


Eric Q.Divérrès
 Partager

Messages recommandés

 

 

Là où l’indignation récuse la jeunesse du territoire,

La chevelure des frontières écorche le voyageur

Otage des vents, illusoire passager des flots.

Le paysage nocturne, bercé en tous points cardinaux

Par la même nuit,  accorde à la lune et ses lueurs

Quelques minutes de répit conciliatoire.

 

Un masque de fatigue dissimule sa peur

Car l’aube est promesse d’épouvante.

La pluie est une volupté éphémère

Qui assouplit son oreiller de terre,

Elle a des vertus désaltérantes

Et l’orage est complice de sa sueur,

 

Dissimulant aux sentinelles l’écho de ses pas.

L’amertume chuchote à sa chair un désenchantement

Pourtant il est citoyen de l’herbe qu’il foule

La complicité de l’océan l’a gracié de sa houle

La rivière saigne par compassion, lui offrant un pansement

Des divinités inconnues lui ont épargné un charitable trépas.

 

Il cisaille les lignes noires qui insultent l’horizon

On dirait une partition ou les cordes d’une harpe macabre

Mais leurs dents interpellent sa chair et ligotent son avenir.

N’ayant pas honte de qui il est, mais fier de ce qu’il va devenir,

Il confie le crime de ses semelles à l’alibi des arbres.

Des lanternes sur échasses aveuglent son ambition.

 

Un chien aboie, des mains galonnées le malmènent :

Sa mélodie souffre d’un arrêt majeur pour violation du sol. 

Mais il ne comprend pas en quoi son voyage est un crime,

Pas plus que les nuages ne troublent la pureté des cimes.

Il jure qu’il est prophète du songe, il montre son auréole

La réponse est un blasphème, on le couvre de chaînes.

 

Dans un fourgon on le reconduit sur ses pas,

Lui assurant qu’il n’a pas sa place ici

Qu’il retourne vers ce pays qu’il n’aurait jamais dû fuir.

Il proteste, il a échappé à la guerre, aux champs de Tyr

En pèlerinage sur la route d’une princesse de Phénicie

Fille d’Agénor, comme votre continent elle s’appelait… Europa.

  • Top 5
  • Merci 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

×
×
  • Créer...