Frédéric Cogno

La mort de l'été

Messages recommandés

Frédéric Cogno

La tristesse a laissé sur les murs de grisailles,

Le châle de la pluie peu après la mitraille,

L'étendage désert vient d'oublier l'été,

Mon coeur est resté là, un linge tout trempé. 

 

Les volets poussiéreux, tragédiens des noirceurs,

Lorgnent sans rideaux blancs sur les deuils promeneurs,

La gouttière pleure et le chat revenant 

Se blottit aux chansons dans la fuite du temps. 

 

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Notabene

Ce n'est qu'un au-revoir......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Encore un magnifique poème de votre part, et cela même si l'été a une tendance pour le moins inquiétante à jouer les prolongations cette année...

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites