Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Big Nambas (P & T, ajout)


Pehache
 Partager

Messages recommandés

Big Nambas

 

 

tintent

dans la nuit tôt tombée

les bracelets de graines

tintent

dans la nuit tôt tombée

les bracelets de graines

 

 

qui

s’arrachant au plus sombre

à petit pas s’approchent

 

 

s’approchent de la place

toute de terre battue

toute de terre rouge

bordée de cases rondes

 

 

modeste en quelque centre

un petit feu rougeoie

 

 

à deux poutres dressées

deux troncs

bistres et torsadés

une troisième poutre arrimée

par des lianes

 

accrochées des ignames

pendent

monstrueuses ainsi que des gargouilles

 

 

des guerriers faces peintes

de formes rouges de traits blancs

de formes rouges de traits blancs

sur leur peau noire

 

frappent les flancs de leurs bâtons

de leurs bâtons frappent les flancs

des grands totems évidés

aux têtes humaines

échevelées

 

à petits pas

hommes vieillards

femmes enfants

lentement se déplacent

oscillent

le front ceint de feuilles tressées

vacillent

et piétinent le sol de leurs pieds nus et plats

cela sent la fumée

la sueur

des corps dans la poussière

qui

vole

 

aux mâles le kava a donné ces yeux rouges

entrouvert les esprits aux paroles des morts

dessous la lune pleine toutes ces ombres bougent

moi je reste interdit comme frappé d’un sort

 

 

et toujours

et encore

les batteurs

martèlent la cadence

titubent les danseurs se rencontrent les corps

titubent recommencent

et se heurtent

 

et toujours les batteurs

les guerriers

faces blanches

barrées de rouge

frappent les flancs

des grands totems érigés

 

 

flasques

les seins des femmes

ballottent se soulèvent

et leurs fesses musclées

tressautent quand elles tapent

de leurs pieds en cadence

et la file s’avance

et la file s’arrête

et la file balance

et la file s’arrête

la ronde recommence

le cercle de la transe

 

de leurs lèvres

s’échappe

un chant lascif rauque

un râle psalmodié

répété ressassé

identique

 

 

Plus tard plus avant dans la nuit

le plus petit fourré gémira lui aussi

 

  • Top 8
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

×
×
  • Créer...