Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

La machinerie


Eobb
 Partager

Messages recommandés

Je n’ai pas fière allure

Cachée dans mes soubassements

Je fouille dans mes déchets, mes recyclages

Je regarde les tables de multiplication

Et ces chiffres petits qui pourtant divisent

Mes pieds devenus trop grands

Je n’ai rien trouvé

Alors je creuse un tas de sable

Mais la machine est infernale

Et mes sueurs se réveillent au sommet

 

Et demain, parce qu’ils sont là

J’aurai de nouveau le décor agrafé

Celui des yeux quotidiens

Fumant et caféine

 

Je cambre le dos

Je sens le dur sous moi

Le sol sur lequel je suis allongée

Le vide qui approche dans sa continuité

Bras tendu et main qui cherchent à s’appuyer

Une planche de salut peut-être

Et je rumine entre mes encyclopédies, mes vieux feuilletons

Feuilletant les arbres et zappant mes chaînes

Pour oublier mes racines, mes liserons, mes potentilles

Enlacées autour de mes chevilles

 

Et puis des quilles à la place des dents

Un chien qui aboie

Un bowling dantesque qui laisse passer un torrent de mots

La boule vise bien la garce et dégomme mon territoire

 

Et puis derrière le noir, la machine en route les repose

Revoilà le début qui efface l’avancée

Les actes impuissants, malodorants, arrogants, non déguisés cette fois-ci

 

Le grand tissu blanc se raccroche à ce qu’il peut

Et dans un dernier mariage j’épouse le ciel

Les oiseaux alourdis picorent.

 

Les graines d’un nouvel envol

  • Top 6
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

×
×
  • Créer...