~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Ménélas-Pâris, le duel.


Messages recommandés

 

 

Troie résiste toujours malgré les assauts grecs

Priam sur les remparts observe la bataille

L’air est chargé d’odeurs, on entend les insectes

Grouillant d’activité sur les morts en pagaille

 

Ce matin, silence, les troupes se font face

S’apprêtent au combat. Pâris surgit des rangs

Fièrement campé, arrogant, plein d’audace

Crie qu’il faut arrêter pour que sèche le sang.

 

Un duel mettrait fin aux souffrances des hommes.

Ménélas avance, le guerrier terrifiant

La haine au fond du coeur vient d’ajuster son heaume

Les champions s’observent avant l’affrontement

 

Pâris est le  premier à lancer son javelot

Impuissant à percer le puissant bouclier

Ménélas réplique et son trait aussitôt

Met Pâris en danger et tout prêt de céder

 

On le voit même fuir sous l’insulte du frère

Qui craint le déshonneur pour le peuple de Troie.

Il ne va pas bien loin, le voilà touchant terre

Traîné sur le sol, vaincu, rempli d’effroi.

 

Aphrodite intervient sauvant le ravisseur

D’une mort certaine, en créant un nuage

Ménélas aveuglé redouble de fureur.

Mais ne peut retrouver l’adolescent volage.

 

Les dieux sont les plus forts et font ce qui leur plaît

C’est ainsi que Pâris retrouve son Hélène

Tout d’abord dépitée par ce guerrier surfait

Qui au cours du combat avait plié sans peine.

 

La déesse de l’amour intervint à nouveau

Pour que le jeune amant vainc les réticences

Et les voilà tous deux comme des tourtereaux

Se livrer ardemment à moult jouissances.

 

En Olympe les dieux se sont entendus

Zeus voudrait que cesse l’interminable guerre

Les grecs prêts à partir si Hélène est rendue

La paix toute proche est celle qu’on espère

 

Héra, femme de Zeus trâme avec Athéna

Le moyen de briser à tous prix cette trêve

Soudoyant Pondaros, archer un peu bêta

Qui vise Ménélas, on sort de ce beau rêve.

 

A nouveau les armes brandis sortent des fourreaux

La terre rougit du sang de ces guerriers farouches

Pas de quartier crie t-on comme des vrais bourreaux

Chaque soir est rempli de cris et d’odeurs louches.

  • Top 8
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...