~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Messages recommandés

L’ombre est sur le sein d’un poignard balisong 

La fine et douce lame où se brûlent les doigts

La menace imprévue lorsque sonne le gong

D’un destin chaviré dans le blanc de l’effroi

 

La jeune fille est nue sur la terrasse oblongue

L’instant sacrificiel et de tous les émois

Se joue dans la tièdeur d’une matinée longue

Où le temps à venir n’est que silence et froid

 

Et pourtant il l’aimait cette fleur de printemps 

Le couteau papillon fait jaillir un sang rouge

Qui coule sur sa main et se fige à l’instant

 

Un souffle s’interrompt il pleure son amour 

Sur la scène du crime où presque rien ne bouge

Que des cheveux au vent dans le calme alentour 

 

 

 

  • Top 11
  • Attristé 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...