~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Le voyage immobile


Messages recommandés

Le voyage immobile
Le fleuve à cet endroit roule des eaux tranquilles,
Ondule en vagues souples au milieu des presqu'îles
Tandis que dans les cieux aux flocons nébuleux;
Au fur et à mesure et à la queue leu leu,
Passe le blanc troupeau des nuées en partance,
Dont j'enviais la belle et lente transhumance.
Médiocre dériveur, triste et désamarré
Je me suis affranchi des navrantes marées
Exécrant de la vie les torpeurs monotones
Tandis que tout s'éteint dans des teintes atones.
J'ai cru appareillé pour d'autres firmaments,
Des épaisseurs de brume et des embrasements
Sombres constellations, champs baignés de lumière
Où se mélangent l'eau, l'argile et la poussière.
Cantilènes épiques et cloches tubulaires
L'abscisse, l'ordonnée, le cercle et l'hémisphère.
Mais le ciel s'est vengé, jaloux de ses mystères.
Tandis que dérivait ma barque solitaire
Et que tout à vau l'eau dans l'onde se noyait; 
L'absinthe qui rend fou lentement distillée,
Pluies et neiges mêlées que les fleuves emportent
Se mêlaient à des flots pleins d'une écume morte.
Las de ce qui m'entoure, mes souvenirs s'effacent
La saison des morts passe. Chaque chose à sa place
 
(GB_14032021) 
 
Modifié par Filae77
  • Top 16
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...