~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

La Mort aux trousses


Troubadour

Messages recommandés

L'on ne meurt qu'une fois, pourtant la règle est fausse ;

La preuve qu'un matin, distrait, dans une fosse,

Je tombai par mégarde et tout s'est assombri ;

J'avais du sang partout comme un vieux colibri

Qu'une chatte éveillée, écorche puis dévore ;

Et le noir absolu vint étouffer l'aurore,

Qui pointait au ciel bleu de mes trente-deux ans.

Mon cerveau fut peuplé de songes violents,

Mon corps ainsi qu’un soir que blesse une comète,

Tremblait du bout des pieds jusqu'aux nerfs de la tête,

Et je ne sus quoi faire ou bien quoi réfléchir.

Est-ce là que je meurs, tel succombe un martyr,

Englouti par le sol m'opprimant la poitrine,

Pour que ma chair nourrisse, à la mort, la racine,

Des arbres dont les fruits sont gorgés de beauté ?

Or, une noble main, vint enfin me porter.

 

- Pour vous dire ô lecteur : -

 

Beaucoup de fois l'on meurt, l'on creuse notre tombe,

En proie à la terreur, l'on se jette et l'on tombe.

 

©Troubadour

Modifié par Troubadour
  • Top 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...