~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Le cèdre altier


Messages recommandés

Le cèdre altier de ma fenêtre

N’est plus que veau vautré dans la mi-temps du parc.

Couché sur ses branches,

Son sommet à portée de ma main

Tombé, vulnérable au dépècement.

Même moi, je suis descendue,

J’ai touché le dodu résiné de ses pignes,

L’étoilé dense de ses aiguilles,

Les cernes dessinés, à nu,

De sa déchirante base décapitée à l’envers.

L’arbre faisait de l’ombre….

 

Comment ne pas entendre la curiosité de l’arbre?

Cet Homme qu’il voyait si petit,

Le rangé de l’empilement,

Le feu de la cheminée...

L’arbre goûte le ras du sol,

La nuit à l’horizontale, le parfum des copeaux ;

Volètent les oiseaux du parc…

 

La mousse lui donne des nouvelles

De ses racines interloquées,

La Terre recalcule la vie.

 

Tout escabeau d’aube refermé,

Toute ascension insensée abolie,

Les uns sur les autres, ils s’appuient.

  • Top 8
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...