~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

L'escargot (première partie)


Messages recommandés

Dans l'écume d'argent d'un fleuve de salive,

Un limaçon hale une coque sa demeure

Où se lovent les souvenirs à la dérive,

Où se vident les intestins et la liqueur.

 

Tristement le temps fuit tandis que lui succombe ;

Cette spirale qui un jour fut son berceau

S'apprête à devenir une anonyme tombe

Que fleurira le doux soleil de blancs faisceaux.

 

Pour l'heure, l'incurable poursuit le voyage,

Les mirettes dressées, les iris charbonnés,

Le ciel lui apparaît au travers des feuillages

En tessons d'océan, en puzzle retourné.

 

Un peu plus tôt, l'azur se fendit de travers

Sous les fils de blancheur amortie d'un lacis

Faisant vrombir l'air, les atomes s'avivèrent

Et une voix parvint tout en bas comme ceci :

 

« Ô mon bel ami ! Vers où ta foulée te mène ?

« Sais-tu qu'au delà des noirs cahots en tribut

« Pris à cette forêt assourdie par la haine

« De mes fils chutant tel Phaéton des obus,

 

« Rien ne fut épargné, tout est effarouché :

« Les notes du chant des geais déclinent une à une

« Appesanties de l'écho des feuilles arrachées

« À la vue des édelweiss sans senteur aucune,

 

« Celles-là mêmes qui enneigent d'une étoile

« Le corps éteint des soldats aux bijoux de sang ;

« Ils dorment, la nuque cerclée d'un col en toile,

« La face mouillée du cruel fard de l'instant.

 

« Et bec vers toi, Aquilon empèse ses ailes

« Du feu qui fait carrière depuis le dépôt,

« Les fûts de poudre en capsules gonflées de miel

« Ont libéré l'infini dans ce brasier chaud.

 

« Alors ! À quoi bon vouloir toucher l'horizon

« Pour ne gratter que le zeste plein de remords

« Quant il te suffit d'attendre dans ta prison

« D'être ravi dans le flot sans fin de la mort ? »

 

[...]

  • Top 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Eathanor a épinglé ce sujet
  • Eathanor a désépinglé ce sujet
×
×
  • Créer...