Jump to content

Minuit sonnet


Recommended Posts

Frédéric Cogno

L’horloge, à l’astre, dit : « - déjà, il est minuit…

L’instant tiqué, taclé, tôt ou tard, je déteste !

Je voudrais te chanter sous ton halo céleste,

Te marquer du bon temps dans ce monde de suie.

 

L’étoile a répondu : - C’est touchant mais je luis.

Ma clarté me suffit et le bonheur me reste ;

Tes aiguillons si froids pourront-ils faire un geste

Aux hommes sous ta loi qui s’en vont dans la nuit ?

 

Dans ta course chenue, reprends tout ce qui cloche,

Arrête un amour fou sans lui faire une encoche,

Comme des carillons, fais sonner des baisers !

 

Que niche ton cadran battant les cils des fleurs,

Révoque pour toujours les chagrins trop pressés,

Attarde-toi longtemps…Que mûrissent les cœurs !

 

  • Aimé 9
Link to post
Share on other sites
Epicene
Il y a 2 heures, Frédéric Cogno a écrit :

 

Dans ta course chenue, reprends tout ce qui cloche,

Arrête un amour fou sans lui faire une encoche,

Comme des carillons, fais sonner des baisers !

 

Que niche ton cadran battant les cils des fleurs,

Révoque pour toujours les chagrins trop pressés,

Attarde-toi longtemps…Que mûrissent les cœurs !

 

 

Superbes vers...

J'aime toujours te lire, merci @Frédéric Cogno pour ce(s) partage(s) !!

 

Edited by Epicene
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a 53 minutes, Eathanor a écrit :

Une autre lecture de l'heure que L'horloge de Baudelaire 😉 

 

Sincèrement j'avais complètement oublié ce poème... qui joue à fond la carte du sinistre. Sacré Charles! Pour ma part j'ai préféré la fantaisie même si le fond reste tragique.

Merci encore pour votre soutien Eathanor.

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Joailes

Ce que je trouve absolument très jouissif, c'est que chacun poétise à sa façon ... dans le sinistre, dans la fantaisie, au fond toujours la même quête : le poète raconte toujours les mêmes choses mais avec des mots différents. Sincèrement, si vous saviez à quel point je me régale à vous lire ... @Frédéric Cogno @Eathanor et ... d'autres ! Merci. 

  • Merci 2
Link to post
Share on other sites
Camine

Chaleur, fraîcheur, vagabondage poétique, un souffle, une inspiration...Très beau!

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Ouintenabdel

Très beau texte sur le thème du temps réparateur, enjoliveur. Celui-ci enraye la laideur  et rétablit la beauté chez les hommes. Il est vrai que les astres n’ont pas besoin d’être embellis. Ils sont beaux et ils le demeurent éternellement. Oui, minuit n’a pas besoin de sonner au carillon des étoiles. Très belle réussite. Un grand bravo !  

P.S. Je ne sais pas pourquoi en lisant le titre de votre très beau sonnet, j’ai pensé à la pièce de théâtre de Gilbert Cesbron, Il est minuit docteur Schweitzer, un médecin bienfaiteur et dévoué qui a soigné des Africains atteints du paludisme  !!!  J'ai pensé aussi à Cendrillon.  S'il vous plaît dites-nous pourquoi minuit. Est-ce le couvre-feu imposé chez vous ? Éclairez notre lanterne !

 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Le 19/10/2020 à 12:34, Ouintenabdel a écrit :

Très beau texte sur le thème du temps réparateur, enjoliveur. Celui-ci enraye la laideur  et rétablit la beauté chez les hommes. Il est vrai que les astres n’ont pas besoin d’être embellis. Ils sont beaux et ils le demeurent éternellement. Oui, minuit n’a pas besoin de sonner au carillon des étoiles. Très belle réussite. Un grand bravo !  

P.S. Je ne sais pas pourquoi en lisant le titre de votre très beau sonnet, j’ai pensé à la pièce de théâtre de Gilbert Cesbron, Il est minuit docteur Schweitzer, un médecin bienfaiteur et dévoué qui a soigné des Africains atteints du paludisme  !!!  J'ai pensé aussi à Cendrillon.  S'il vous plaît dites-nous pourquoi minuit. Est-ce le couvre-feu imposé chez vous ? Éclairez notre lanterne !

 

Au départ je voulais écrire un poème sur la nouvelle année...d'où minuit le soir du 31..et puis le sonnet a imposé sa loi suivi de ma plume étourdie.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...