Jump to content

Elans d'ancolies


Recommended Posts

Jean Luc

Un beau poème sur la mélancolie que l'on ressent lorsqu'on connaît la solitude, quand vient l'hiver et que l'on se sent encore plus seul. Mais quand on écrit on est toujours un peu moins seul grâce à notre chère poésie.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Lina

Bonsoir @Joailes

Cette mélancolie est de toute évidence pour vous un état créatif suprême, chacun de vos vers en est une magnifique démonstration . Comme j'ai aimé vos "parfums rusés " qui réveillent le passé !

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Moïse

J'aime cet état de conscience sur ces instants qui passent, chaque détail comme la pièce d'un puzzle apporte et indique un état émotionnel !

Je crois pouvoir vous dire que j'aime ce que vous écrivez Joailes ! Un coeur pour ce partage !

Edited by Moïse
  • Aimé 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Seawulf

En exergue, une belle citation de Balzac qui se poursuit par une poésie à l'humeur mélancolique. J'aime bien le triptyque lampe, fauteuil et chien. L'inanimé devient vivant. Il raconte le visible (lampe et fauteuil) et l'invisible (le chien). Et les souvenirs jouent des couleurs de l'ancolie avec une sombre délicatesse, comme un parfum tenace. Un joli texte à l'écriture finement ciselée. 

Edited by Seawulf
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Rosa Canina

J'aime ce poème.  Il est dense et visuel.  Il me fait penser aux parfums  d'Hermès.  Il y a "Un jardin sur le toit" qui sent la pomme et d'autres... Celui-ci pourrait s'appeler "Un jardin après une pluie d'été ".  Un poème comme un doux parfum...

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Darius

Rêveuse de talent Joailes sait distiller une mélancolie pleine de charme, elle excelle à tirer des parfums et des couleurs des images délicates. La lecture de ses poèmes : à chaque fois le délicat plaisir d'entrer dans un tableau finement réalisé.

  • Aimé 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Ouintenabdel

Superbe poème sur la solitude et l’absence de l'autre. La dernière strophe semble annoncer un semblant de dénouement : « je ne suis pas seule sur terre ». En fait, il n’en est rien.  La situation semble, au contraire, se corser à la fin de ton triste texte, ce que montrent les mots « hiver », « nuit tombe», « noir », sombres ». L’idée de mort est très présente à la fin du poème : l’hiver, saison où meurent et tombent  les feuilles, le verbe tombe, un homonyme du substantif « tombe ». Les nombreux enjambements qui jalonnent le texte traduisent le sentiment de  désappointement qui anime  celle qui parle.

J’ai beaucoup apprécié la métaphore « épaules de verre »,  elle renforce l’idée d'absence et de solitude. On est si seul qu’on devient invisible et transparent. Une très belle réussite. Bravo !

 

  • Aimé 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Le 27/09/2020 à 06:33, Joailes a écrit :

 

 

« La mélancolie se compose d'une suite de semblables oscillations morales dont la première touche au désespoir et la dernière au plaisir : dans la jeunesse, elle est le crépuscule du matin ; dans la vieillesse,

celui du soir. »

Honoré de Balzac

 

La lampe a brûlé les ailes

des papillons de nuit

les anciens désirs s'enfuient

sur des souvenirs infidèles

l'air est encore tiède

du parfum des églantiers

pomme reinette après petite pluie

on pourrait croire que dans le four

une tarte cuit

les parfums aussi sont rusés

quand ils chatouillent les narines

ils ramènent des instants

comme s'ils étaient encore vivants

 

l'horizon est désert au miel de la glycine

et la viorne embaume le seuil

un seul couvert dans la petite cuisine

et un seul fauteuil

tout est réduit d'absences

les larmes coulent

en silence

 

la brume bleue se promène

sur mes épaules de verre

quelqu'un siffle peut-être son chien

je ne suis pas seule sur terre

je vois venir l'hiver

et la nuit tombe, d'un noir d'ébène

sur les sombres ancolies ... 

(J.E. Septembre 2020)

 

Vous avez une belle plume. J’aime beaucoup ce que vous écrivez. 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Le 26/09/2020 à 21:33, Joailes a écrit :

pomme reinette après petite pluie

on pourrait croire que dans le four

une tarte cuit

les parfums aussi sont rusés

quand ils chatouillent les narines

Semeuse d'émotions pures tu es chère Joailes...Te lire c'est comme déguster en secret la plus délicieuse des tartelettes aux framboises pour répondre à la pomme reinette. Ta poésie on l'a veut que pour soi, la chérissant en solitaire, comme un trésor, comme un cadeau, la part des anges...

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Mohand

Les instants sont vécus à travers les choses et les espaces où l'on vit.

 

Un tout qui nous inspire et qui nous retient.

 

 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Kanth

Je lis, j'aime, je relis, j'aime plus encore... merci !

(je reste sur ce plaisir, comme quand j'écoute une saudade, sans envie de me livrer à une exégèse)

Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...