Jump to content

Lettre maladive pour une femme.


Recommended Posts

[Il s'agit d'une lettre écrite lorsque j'avais le covid-19. Dans l'enveloppe, il y avait un autre poème et "A une dame sympathique"]

Tu feras très attention à ces petits bouts de papier !
Qui sait jusqu’où cette vile maîtresse a pu s’infiltrer.

 

Ce que je t’envoie, ce ne sont pas des grands écrits.
Je les ai comme sortis de ma tête pendant deux nuits.

Tu sais, quand cette grande dame me fait la misère
Que ma tête endolorie s’écroule comme elle l’a faite hier
Hé bien… Je pense à toi et ta drôle de chevelure
Mes mains dans le vide plongent dans l’air
Et soudain, je me vois - contre le mur -
Enrouler, sur mes doigts, tes volutes épaisses
Sentir ton souffle et le toucher de mes caresses.
A mesure que mon doigt file, la branche s’épaissit
Ces volutes seraient-elles issues des racines de la folie ?
Oh, cette folie ne me fait pas peur
Elle est tendre, courbe et ondulante
On y plonge, en découvrant, puissantes
Les senteurs de ton parfum
Et les mystères en son sein.

 

Mais n’imagine pas que je pense qu’à cela
Tu es là, à te dire que je suis fétichiste déjà

Ce qui me peine le plus, c’est cet instant :
Celui où je retire mes lèvres des tiennes
Et que je te regarde - juste un moment - ;
Tes yeux qui veulent que je revienne ;
Le vert ne m’avait jamais paru si accueillant,
Alors je reviens, poser mon baiser – juste un moment -
Sur ta bouche au sourire merveille
Dans cette brume de vert et de vermeil.

 

Tu m’excuseras mon romantisme,
Eventuellement ma niaiserie.
Cette lettre cache un peu d’exotisme.
Tu l’auras compris :
Cette lettre est en manque de toi
Pourtant, tu n’es pas si loin de moi

  • Aimé 3
Link to post
Share on other sites

 

Le 16/09/2020 à 01:01, Maxence a écrit :

Ce qui me peine le plus, c’est cet instant :
Celui où je retire mes lèvres des tiennes
Et que je te regarde - juste un moment - ;
Tes yeux qui veulent que je revienne ;
Le vert ne m’avait jamais paru si accueillant,
Alors je reviens, poser mon baiser – juste un moment -
Sur ta bouche au sourire merveille
Dans cette brume de vert et de vermeil.

 

Dans des circonstances particulières, nous sommes plus apte à chercher tout au fond de soi. Les verrous sautent. Et la poésie en profite !

Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...