Jump to content

A l'orée du sommeil


Recommended Posts

Moïse

 

 

 

Te souviens-tu Sasha quand arrivait la nuit

Et ses jeux de clarté au travers des persiennes
Que les vantaux filtraient dans les nuits parisiennes
Animées par les feux des autos sans un bruit

 

Seuls ces jeux de lumière offraient à ton esprit
Cette imagination à ces soirées anciennes
Sur les murs de ta chambre ondulaient des gardiennes
Elles veillaient sur toi avant que ne s'enfuit

 

La dernière voiture et ses phares allumés
Tu plongeais à nouveau dans les obscurités
Que l'absence des feux rendait à nouveau libres

 

Les jeux d'ombres fuyaient repartaient au néant
Te laissaient t'assoupir sur ton doudou de fibres
Son beau pelage en soie le rendait si vivant.

 

 

 

 

Edited by Moïse
  • Aimé 6
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Jeep

Poème très agréable. Pour le dernier vers dont la construction me paraît boiteuse je suggérerais de remplacer « Que » par « Et » ou de trouver une autre tournure.

Link to post
Share on other sites
Moïse
il y a une heure, Jeep a dit :

Poème très agréable. Pour le dernier vers dont la construction me paraît boiteuse je suggérerais de remplacer « Que » par « Et » ou de trouver une autre tournure.

Bonsoir Jeep,

C'est vrai, le dernier vers m'a donné du souci. 

En fait ce texte a été écrit ce matin, j'aurai dû patienter un peu avant de le publier tel quel !

Merci de la visite et de la critique constructive. 

 

Edited by Moïse
  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Seawulf
Il y a 6 heures, Moïse a dit :

Te souviens-tu Sasha quand arrivait la nuit

Et ses jeux de clarté au travers des persiennes
Que les vantaux filtraient dans les nuits parisiennes
Animées par les feux des autos sans un bruit

 

Seuls ces jeux de lumière offraient à ton esprit
Cette imagination à ces soirées anciennes
Sur les murs de ta chambre ondulaient des gardiennes
Elles veillaient sur toi avant que ne s'enfuit

 

La dernière voiture et ses phares allumés

 

Une belle ambiance poétique soyeuse.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Petit théâtre de la nuit pour un bambin joli...La tendresse paternelle...fleuron poétique. Coup de coeur!

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Un très beau jeu d'ombres et de lumières qui fascinent un enfant et alimentent son imaginaire. Nous avons tous/toutes fait cette expérience, je crois, et vous la décrivez avec beaucoup de finesse, un plaisir de lecture et un sujet très original, plein de tendresse !

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites

La mention de ce prénom m’a évoqué l’exil d’un enfant un peu perdu au cœur de la ville, au cœur de la nuit, réconforté par le jeu des ombres et lumières sur le mur. Un texte délicat qui résonne en nous.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Un joli poème avec des vers ouatés pour une agréable ambiance cotonneuse.

 

Juste une remarque sur ce vers 

Le 14/09/2020 à 01:48, Moïse a écrit :

Les jeux d'ombres fuyaient repartaient au néant

Ces deux verbes successifs résonnent étrangement même si j'ai bien noté que votre poème ne comporte pas de ponctuation.

Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...