Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Dernière heure
  2. Papy Adgio

    Loulou love Lola

    Il est vrai que je n''ai pas vraiment regardé où je laissais ce texte. Merci pour le commentaire.
  3. Aujourd’hui
  4. Frédéric Cogno

    Taormina, à l'orée du jour

    Coup de coeur pour moi. J'adore l'ambiance du poème qui met les sens en éveil et nous porte au delà des mots.Des participes passés en adjectifs savamment dosés comme des chuchotis.... Je me suis senti captif de vos images. Vous parvenez même à donner un goût de miel aux regrets, aux sentiments meurtris. Le tout dans un décor grandiose... Bravo
  5. Frédéric Cogno

    Poésie mode d’emploi

    Excellent! Une ode à la poésie. C'est joliment écrit avec un final en apothéose. Sincèrement merci et bravo.
  6. Frédéric Cogno

    Patti est partie

    Fantastique. En te lisant j'ai 5 ans. De la douceur et du rêve et cette poésie si touchante à fleur de peau. Et puis le cirque.... Bravo tu es une formidable conteuse. Sincèrement.
  7. Frédéric Cogno

    Exil

    J'aime beaucoup. Un texte qui a su tenir toute ses promesses vu le thème proposé. Intimement émouvant avec des parfums de saudade. Bravo
  8. Frédéric Cogno

    Nuitamment

    Voué à la noirceur d'un poison indolore, Il me vient des envies sous ta lune effeuillée... Ô rhésus de la nuit toutes griffes dehors! Sais-tu que tout mon sang prend ton goût de damnée?.. Ivresse de ton ombre à l'affût des coulures! Ta foulée en canon entre rut et tanière, Te transforme en un croc pour l'ultime morsure, Un baiser des ténèbres au parfum de panthère. Viens, extase ou sentence à la pulpe fatale! Croque-moi en douceur pour l'amour d'une étoile, Oeuvre pour mon sexe témoin de l'hydre blanche, De ta bouche à tes seins que je meure à tes hanches!...
  9. Fleur de poème

    Exil

    Effectivement, vous avez des accents empruntés à Marie-Noël, cette grande poétesse qui puisait son inspiration dans la chanson populaire et aussi dans la nature.
  10. Fleur de poème

    Menottes

    C'est un beau compliment que d'avoir " sa propre plume " cela prouve l'originalité de votre poésie, je reprends votre expression en l'adaptant à mon commentaire avec vous, " vous voyageons à l'étoile de l'infime ".
  11. joailes

    Fragile esquisse

    @Marioutch et @N'Silina dès le début j'avais remarqué vos similitudes d'écriture ... je crois d'ailleurs que je l'avais dit dans un de mes commentaires ...
  12. Seawulf

    Ma solitude

    C'est un cri de douleurs d'un réalisme fécond qui remue le lecteur intérieurement. C'est un ressenti puissant exprimé par une poésie intimiste et expressive. Cette solitude est inhumaine à bien des égards.
  13. Marioutch

    Menottes

    Cela me fait très plaisir Eathanor... Avoir ma propre plume , avoir un style, est un magnifique compliment. J'ai peur par contre de me répéter en ce qui concerne le fond...
  14. Marioutch

    Le marginal

    Ce poème me parle beaucoup Yguemart... Les métropolitains arrivés en Nouvelle-Calédonie, même s' il y a plus de trente ans, ne se sentent pas chez eux. [ Digression: certains ayant tous leurs intérêts matériels et moraux ne peuvent toujours pas voter pour l'avenir du pays qu'ils ont choisi, alors qu'ils sont français et que la Calédonie est française.] Il faut, ici sous les Tropiques, dans l'île la plus proche du paradis, plusieurs générations pour être acceptés. Mes petits enfants seront considérés comme calédoniens, je l'espère pour eux...Me revient sans cesse cette chanson de Maxime le Forestier : "Né quelque part". En France, en Auvergne, où j'ai passé mon enfance et mon adolescence, je me souviens de la méfiance à l'égard de l'étranger, de celui qui venait d'une autre région de France s'installer! Puissent un jour les hommes comprendre que la terre est un seul pays et que l'on ne s'enrichit que des différences...
  15. Hier
  16. Marioutch

    Exil

    Une rencontre avec un poème de Marie Noel et tant de choses à dire !
  17. N'Silina

    Fragile esquisse

    Merci @Marioutch . Je vous rejoins tout à fait, je suis comme un poisson dans l'eau lorsque je vous lis et vos textes m'émeuvent profondément, un peu comme en miroir .
  18. Eathanor

    Menottes

    Ce poème ne serait pas accompagné de votre pseudo que j'aurais tout de même reconnu votre plume. Du Marioutch pur jus dans la forme et le fond
  19. Eathanor

    Patti est partie

    J'apprécie tes petites histoires ordinaires que tu sais habiller d'extra-ordinaire
  20. Eathanor

    Ma solitude

    Votre solitude prend littéralement aux tripes Camine et à travers ces vers, vous savez la transformer en un grand cri qui saisi le lecteur.
  21. Eathanor

    Exil

    Un poème qui me parait un peu plus long que ce que vous avez l'habitude de nous offrir. Il est fort émouvant et comment en serait-il autrement au regard des thèmes traités ?
  22. Eathanor

    Les émois contemporains

    Je vais me répéter mais on ne remerciera jamais assez les lecteurs qui prennent la peine de s'arrêter pour lire et commenter. Donc, un grand merci collectif pour vos retours.
  23. Eathanor

    tapisserie de ma vie

    Avis forcément aussi subjectif que personnel mais je dois dire que le fond de couleur que tu as choisi a quelque peu perturbé la sérénité de ma lecture. Je me suis permis de retirer le lien vers ton blog qui figurait en fin de poème pour l'insérer plutôt dans ta signature. Cela te permettra de l'avoir d'inséré automatiquement en bas de chacun de tes messages
  24. Eathanor

    Poésie mode d’emploi

    Pour une personne qui dit ne pas vraiment se considérer comme poète, ce que vous écrivez en substance dans cette réaction, vous apportez ici un démenti flagrant à votre propos
  25. Eathanor

    Un soir d'orage

    Outre sa réussite, votre poème aura également le mérite de m'avoir fait découvrir l'existence de ce recueil de nouvelles et de poèmes écrit par Gérard de Nerval. Un nouvel ajout dans ma déjà trop longue liste des oeuvres à lire
  26. Eathanor

    Le péché

    Ce péché est aussi captivant que délicieux.
  27. phil

    Patti est partie

    On se laisse volontiers embarquer dans ce récit. Très plaisant Phil
  28. Marioutch

    Menottes

    A hauteur de sente, d'herbes, d'arbres, de collines, Voyage à l'étoile de l'infime Sur les parcours tracés de légendes, de signes, A la mélancolie des simples, A l'essence des sureaux, Elle chemine, le totem accroché à sa peau, Au couteau le coeur à sa cane pèlerine, A sa gorge le cri de l'aigle du plateau Et dans l'aigu du gouffre les menottes assassines
  1. Charger plus d’activité