Jump to content

All Activity

This stream auto-updates

  1. Past hour
  2. Agnès

    Margot à la rivière

    Merci Lina, vos mots me font très plaisir. Margot vous remercie aussi !
  3. Mohand

    Dominique.

    Un poème écrit à partir d'émotions vécues. Bien ressenties par le lecteur que je suis. Merci pour ce tendre et bel écrit.
  4. Agnès

    Margot à la rivière

    Bonjour, Un grand merci à vous de m'accepter sur votre site. Je suis ravie. Ce sera un plaisir de lire de la belle poésie et de partager.
  5. Marc Hiver

    L'ocelle du matin

    L'aurore nouvelle cernait d'un bleu de Prusse L'ocelle ensoleillé d'une tache vert d'eau L'immarcescible flou du tendre qui se musse Et flue du pétrichor fleurant bon le terreau. Comme un vrai lénitif au miel de ta gorge, Ce lieu sauvage en paix, raffinée thébaïde, Rubéfiait ta peau sur le feu de la forge Dont les braises couvaient au brouillard pellucide. D'un nuage de mots brouissant pour jamais Les fleurs s'écartelaient par la gelée subite, Assuétude au froid quand nos âmes craquaient. Tu étais pateline, un peu affe
  6. Mohand

    Jeter l'encre

    Jeter l'encre. Est-ce une recherche de soi ou l'inspiration qui tarde. Cette dernière empreinte plusieurs chemins. J'ai aimé les six vers.
  7. Zanoni

    Transhumance

    Merci Eathanor pour cette poétique évocation de ce lieu à l'ambiance si particulière et si bien évoquée par votre poème. J'avais évoqué les évanescentes mais émouvantes rencontres que les gares et les trains font naître, dans " trains de vie". Mais nous ne nous sommes pas rencontrés. Sans doute ne voyageons-nous pas dans les mêmes gares. Mais c'est avec plaisir que je vous renvoie le coeur que vous ne m'aviez pas adressé.
  8. Mohand

    Au son d'un triangle

    Un rêve bien construit, à travers ce joli poème, résumé par le dernier vers. J'ai aimé ma lecture.
  9. Joailes

    An t-oilean

    Un voyage dans la brume aux parfums de légende : grand coup de coeur pour ce magnifique poème, @Thy Jeanin
  10. Christian Bello

    Instants estampillés

    @Joailes vous, vous êtes trop bonne, mais pas dans un sens marc-hivernal @Thy Jeanin je ne pensais pas paraître aussi "désastral" dans mes intentions, mais au fond la forme revient au galop quand on observe bien notre terre mère, notamment depuis les sommets pyrénéens que je vous invite aussi à venir visiter non loin des remontées mécaniques fermées (mes peaux de phoque sont prêtes!) @Seawulf merci pour votre reconnaissance, j'en suis tout esbaudi @Mohand merci pour votre avis
  11. Joailes

    Tous comptes faits

    Bonsoir @Bollinger vous avez raison il faut dire toutes ces choses, ou tout au moins les écrire et c'est, semble-t-il, ce que vous avez su faire.
  12. Today
  13. Joailes

    Automne de l’amour

    Il reste, dans le souvenir d'une passion, des instants si forts qu'ils semblent encore présents et le regret qu'ils ne soient plus ...
  14. Joailes

    Désir charnel

    Chaud poème aux intonations érotiques quand les barrages se rompent ...
  15. Thy Jeanin

    An t-oilean

    Delà le vert rivage à l’abord de l’Irlande Sommeille le grand large, immense verger bleu Dont les fruits si lointains font rêver dans la lande Tel un marin, le pâtre aux moutons écumeux. Là-bas, qu’on ne voit pas, derrière l’horizon, L’inaccessible Sidh, infiniment fertile, D’un éternel azur engendre le fruit rond D’Avalon : plaisir, joie et science indélébile. J’irai, ô Bran, s’il faut à pieds nus sur les flots, Crosse de pèlerin, Padraig m’en fasse gage, En guise de rame, jusqu’à ce joli clos ! Là règne
  16. mayday

    Partir

    Un merveilleux et émouvant voyage. Une plume puissante et sincère, merci pour ces beaux tableaux.
  17. mayday

    Présence

    Aux abords de l'aube naissante, en plein coeur du crépuscule, Là où s'éteignent les chaumières et où les coeurs se rallument, Il y a toi. L'indicible, l'éternelle incomprise. J'espère que cela ne t'offusque point d'appartenir aux merveilles et aux doutes plutôt qu'à la morosité du monde tangible et sûr qui m'abrite. Mon inconscient te connaît mieux, lui, et vit plus proche du tien que moi. Il me cache tant de choses et tu es son secret bien gardé. Toi qui appartiens à une réalité incertaine, semblable à une plage ténébreuse, à un océan qui n'en fait qu'à
  18. Thy Jeanin

    Aline, pendue dans l'armoire

    Mignon, ce récit, entre charme et humour. Le suspense est bien amené, entre deux razzias de mites!
  19. Mohand

    Volutes

    Une belle rêverie allant d'un espace à un autre. Merci pour ce chemin tracé par des volutes.
  20. Eau de brume

    Un doux mensonge

    Le livre s'est refermé le silence n'est plus qu'une île où l'écume vient s'échouer Tout ce qu'il a écrit les oiseaux sauvages les mots aveugles et têtus si pauvres dans l'ignorance que la détresse ne surprend plus Il a essayé de tracer un chemin pour toucher l'autre l'effleurer d'un regard où la lumière serait prégnante Dans sa hâte de cueillir les couleurs parmi les ombres il a ouvert la porte au doux mensonge de l'étreinte et du bonheur Mais ses mains tremblent pour ramasser la po
  21. Mohand

    La gourgandine et le fifrelin (fable)

    Merci pour ce poème agréable qui fait place à l'humour et retarde la tombée des soucis et la venue de la mélancolie.
  22. Mohand

    La lune en ses secrets

    J'ai aimé le choix de la lune ou plutôt du silence de la lune. Dans ces temps où la parole met du temps pour sortir...
  23. Mohand

    Transhumance

    Merci pour ce regard sur cet espace particulièrement indicatif de la vie de chaque jour en dehors de chez soi. Lieu qui subit cette atmosphère où : "Les bouches irradiées pleurent des promesses en couperets sur des lendemains improbables."
  24. Denpou

    Partir

    Il était jeune. Lorsqu’il disait Partir On sentait l’ailleurs Et les mers lointaines, On sentait les parfums de pays inconnus. Lorsqu’il disait Partir On voyait les montagnes percer le ciel de Katmandou Et les geysers d’Islande, On voyait les îles flottantes des lacs des Andes, Et la montagne sacrée d’Australie. On voyait les steppes de Sibérie, Et les icebergs du Labrador, On voyait les volcans d’Hawaï, Et les felouques sur le Nil. Lorsqu’il disait Partir On entendait les vagues se b
  25. Mohand

    Forêt humaine

    Le regard sur ce qui nous entoure se vide dans ces moments teintés de mélancolie. Néanmoins l'inspiration demeure. Merci pour cela.
  26. Hausman

    Jeter l'encre

    Merci d'avoir pris le temps de déposer vos commentaires !
  27. Mohand

    Pause automnale

    Des repères qui inspirent la venue de l'automne. Un regard poétique sur le comportement du cycle de la nature. Merci.
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...