Le couteau s’enroule
Jusqu’à nourrir l’orage
Jusqu’à nouer le manteau
Sur la gorge du fleuve
Pour les perles de craie
À l’heure stérile
Rompre se dit du vide
Pour unité tragique
L’abeille perdue
Garde la branche
Un nuage
En trouble de couleurs
Contraint le ciel
Dans le blanc des yeux.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+