Dépourvu d’artifice
Le message s’impose
L’aube en majuscule
Erige inéluctablement
L’existence affûtée
Des corps métalliques
C’est dans le plissement
Mobile de la lumière
Que la tragédie violente
Du matin compose
Le choc de l’écho
Entre le bruit et le mouvement
Entre le dialogue et la distance
L’épineuse agitation
Est alors si présente
Que rien ne peut la retenir
Ni le refus dépouillé d’analyse
Ni le mystère rassasié
De notre ignorance.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+