Comme le feu
Il faudra bien mourir
Et vivre de ce qui ne meurt pas
Puisque l’écorce primitive
Se réincarne suffisante et visible
Au centre des volets mis-clos
Par les soupirs
Qui refusent les larmes
Hier est traversé d’espoirs
De frissons et de doutes.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+