écoute
le chant dépoli
de la pierre
gisant au creux d’un tourbillon
dans l’or du cyclone
l’œil du paon tournoie
le sang du désordre
embrase les futaies
écoute
la langue du cerf
saturant
le fouillis minéral
écoute les mots d’un souffle infime effleurer la grâce

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+