Cet oeil
Où je me noie
Et ma main qui s’accroche
Sur ce fil d’horizon
Et ma main qui fait de l’ombre
Sur la mer
Le soleil est noir
Redoutables rayons
Unique couleur
Tu disparais
Derrière les silhouettes
Le ciel est en colère
Et l’avenir se devine
Aux sources
De mes phantasme cachés
Au loin une plage
Et le sable qui s’endort
La lumière est bien triste
Il y a les caresses
Et l’immensité
De mon incertain.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+