• Bienvenue sur Accents poétiques !

     

    La communauté des poètes est ouverte à tous les amoureux des mots. Dès l'inscription, il est possible de poster des poèmes sur le forum "À l'ombre de vos vers" . Cependant, afin de garantir une qualité éditoriale, les trois premiers poèmes sont soumis à validation auprès de notre comité de rédaction. Les textes qui n'appartiendraient pas au champ poétique ou bien seraient truffés de fautes d’orthographe seront refusés. Tant que ces trois textes ne sont pas approuvés, il n'est pas possible de réagir aux textes postés sur les forums du site par les différents membres.

     

    Pour plus de détails sur le fonctionnement de la communauté, nous vous invitons à prendre connaissance de notre charte éditoriale.

     

  • Les derniers poèmes

  • Nos coups de cœur

    • Coursiers écoliers et robots bientôt

      Entrecroisent le matin crucial.

      Quelques (im)puissants esprits bots

      En ponctuent le souffle axial,

      Happé (s) aussi par des retraités en cavale.

      Leurs traces s’amoncellent au fil des moments f(l)ous

      Des rebus joyeux profilent en bas de leurs ébats

      Épars au royaume hagard

      Des velléités sans le sou.
        • Aimé
      • 2 réponses
    • SOLARIUM


       
      Comme d’un volcan au ventre gonflé de laves ivres,
      Méfie-toi du crâne bouillonnant à mille acides !
      Quand les poisons des digitales transitent au corps,
      Ses fumées marquent l’âme de longs orbes de soufre !


       
      Voit plus loin que le charivari des dionées
      Aux sourires saturés de mouches de lumière !
      Portées par le roulement des tambours germaniques,
      Elles se gonflent et sécrètent du vinaigre de miel !


       
      Fuit l'écho fatigué des bamboulas fantômes
      Qui balance, par paquets, les clusters sur orbite !
      Un résidu spatial oscille selon l’aimant,
      Du vomi d’étoile souille le corbillard des anges !
        • Aimé
      • 1 réponse
    • Parfois je crois ranger au fond de moi-même,
      Au bout d’un grand escalier des mortes saisons,
      Un ciel bleu, un volet que l’on  referme,
      En criant dans d’étranges silences, ton nom.
       
      Puis je vais, timide, en l’air secret du jour,
      En  disant que la nuit, le jour, se ressemblent,
      Que le vent malin, emportant les amours,
      Ne viendra pas là où nous marchons ensemble.
       
      Mais de nouveau, lorsque parait la lumière,
      Ce matin dont la robe s’endeuille des heures,
      Je sens l’affreuse torpeur, son œil sévère,
      Et je m’enferme en  de vieilles douleurs.
       
      Parfois je crois ranger au fond de moi-même,
      L’enfant nu qui ne voulait pas d’un éveil,
      Ce gouffre d’où je viens, où je vais mon terme
      Et l’ombre se penchant sur tous mes soleils.
        • Aimé
      • 3 réponses