Prise sur le réel : Les poèmes en vedette

De tout temps, des poètes se sont engagés, prenant publiquement fait et cause. Ainsi, la poésie rime souvent avec son temps et se retrouve en prise directe avec l’actualité et les faits de société.

  • Les hommes boulons
    Ecrit par
    Dans la machinerie du grand Tout,les rouages ne cessent de tourner.Pas un seul bruit, juste le silence.Superbe mécanique déshumaniséeaux engrenages luisants de douleurs.Les hommes boulons s'affairent,arrimés au grand moteur du profit.Tandis que dévissent les humanités,ils…
  • mine triste...
    Ecrit par
    À Vincent Peillon   mine triste vingt centimes sur paillasson et tant de désastres sur le seuil  des écritures mendiantes quand les portes claquent dans les courants d'air de l'indifférence les tirelires se défenestrent et…

La fuite

samedi, 14 mai 2016 20:10 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
Le vagabond s’en va s’élevant Portant sur son dos la partition De ses trésors et son balluchon Vers le grand ciel éclairé d’orient   Le voyageur assemble et range Pliant avec précision ses effets Dans la valise désordonnée D’un esprit libre qui dérange   Le monde s’éclaire la vie s’éteint…

Musique

lundi, 21 mars 2016 12:41 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
L'usine à musique A perdu son âme   Plus une vibration   L'usine zozote La chanson de Mélusine Ses employés Sont au chômage Son âme Sur le rivage

J'ai bu

lundi, 21 mars 2016 12:30 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
J'ai bu trop d'heures Le vin, les bulles, Ces incantations Gravées dans le grimoire Se sont envolées   Le livre, avaleur d'heures, A enivré les pendules   La coupe était pleine Le verre est vide

La bougie

lundi, 21 mars 2016 12:27 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
La bougie si droite et belle Se sacrifie fièrement   Pour un peu de lumière Pour un peu de chaleur Son corps se ride et se creuse   Elle ne se rebelle pas Elle connaît son destin   Pour un peu plus de lumière Pour un peu plus de chaleur…

Cupidité

lundi, 21 mars 2016 12:18 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
Cupidité S'est déshabillée : De très bonne heure Elle a quitté tout honneur   L'argent n'a pas d'odeur   Cupidité A une fille Une petite poupée Sur sa mère modelée   L'argent n'a pas d'odeur   Cupidité A un esclave Pantin manipulé Dans la vie, désœuvré   L'argent n'a pas…

Les migrants

mercredi, 24 février 2016 12:14 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
Dans les lagunes des pâles cieux lunaires, de vastes ombres indolentes se lovent dans les empreintes des larmes coagulées.   Sur les chemins poudreux des exilés, les traces de pas écorchés s'entassent dans le lit glacé d'une rivière asséchée.   Les attentes figées se sont évaporées. Reste le lichen grisâtre des…

Le bel exorde

samedi, 09 janvier 2016 16:33 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
Tout d’abord, on s’est envolé-e-s… Le silence, cotonneux, du ciel las sous nos pas aériens. Et puis, ça court, ça court. Métro, enjambées pressées, ça crie, ça vit ! Après les premiers balbutiements, on trouve le rythme, 1, 2, 3, 1, 2, 3 ! Il est déjà temps d’aller. Ploc,…

Les carnets déchirés

lundi, 31 août 2015 09:20 Écrit par
Publié dans Prise sur le réel
Dans les banlieues démantelées, Derrière l'éclipse des trop-pleins, Juste une réalité cloquée d'ennui, Des interstices saturés d'absence.   Dans l'humus des visages décrépis, Tous ces moments fardés de manques, Ces glèbes d'œdèmes sur l'existence Éclatant en amas de ridules éteintes.   Près des flots fuligineux des exilés, Sur les rives…
Page 1 sur 2
Nous suivre sur Facebook
Nous suivre sur Google+
Nous suivre sur Twitter