Histoire de Jazz

mardi, 21 octobre 2014 05:23 Écrit par 

Jasmin importé d’Europe dans les bordels de Louisiane.

Débauche de senteurs, ébats, corps encore moites, ville sulfureuse ;

Traite des noirs aussi, commerce de servilité, pas seulement… :

Tour à tour française, espagnole, américaine,… convoitée

Cœur des caraïbes, toujours indépendante, métissée.

Sûrement envoûtée, méfions-nous de ses charmes, magie vaudou,

Steam boats, bars enfumés,

Jazz à la Nouvelle-Orléans.

 

Entendez-vous les chants de travail, ces voix de fierté ?

Rythmes d’Afrique, prières des esclaves déracinés.

Chanter, prier, pour rompre les chaînes

Sous les coups de fouets mordant la chair, humiliation

Bleus aux corps, mais pas à l’âme.

Chaque mot comme une danse, esclavage que l’on tance.

Musique de liberté, gospel, blues, le jazz est né.

Jazz à la Nouvelle-Orléans.

 

Embarquement immédiat pour la joie.

Laissez les bons temps rouler.

Slogan, enfance de l’art cadien, loi.

Solfège explosé, presque anarchique : spontanéité.

En solo ou en bands, l’improvisation toujours foi.

Le soleil est ébloui, reflets de cuivres sur les trompettes,

Echo des classiques trombones, tambours et clarinettes.

Jazz à la Nouvelle-Orléans.

 

On se fout du thème, des harmoniques sans limites.

Sons sales s’il faut, de l’énergie avant tout.

Depuis les champs de cotons jusqu’au Cotton’s Club, grandes villes capitales

De religieux, voilà ce jazz parfois acide devenu libre.

De Budapest à Rio, manouche, latino.

Renaissance, inspiration moderne, repris, revisité.

Libres accords, voyage à contretemps.

Jazz à la Nouvelle-Orléans.


Évaluer ce texte
(1 Vote)
Mikaël Le Gad Cailleaux

Fan de poésie, amoureux des mots.

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Aucun commentaire sur cet article.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
conditions d'utilisation.
Nous suivre sur Facebook
Nous suivre sur Google+
Nous suivre sur Twitter