Vous êtes iciPublication en ligne|Poésie|Eros|Sans tire

Perversion marine

vendredi, 14 août 2015 16:23 Écrit par 

Une pluie fine et glacée tombait sur le macadam noir.
Les rigoles allaient se perdre dans les caniveaux.
Les immondices étaient charriées par les flots.
Accroupi, j'y ai vomi mes quelques derniers espoirs.


Arrivé sur la plage infinie des éternelles illusions,
La plante de mes pieds a foulé un sable mouillé.
De mes châteaux de sable engloutis par les marées,
Il ne restait plus que quelques vagues alluvions.


Dans la chevelure des goémons, je me suis assis.
Un albatros venu du large gisait là, éventré.
Ses yeux éteints fixaient les cieux si délavés,
Ses ailes repliées en sépulture de son agonie.


Les heures se sont lentement endormies une à une.
La Mer remontait encore à l'assaut de ma réalité.
Sa langue humide et perfide venait m'embrasser.
Mes mains effleurèrent la pointe des dunes.


Mouillée de désir, elle ondulait devant moi.
Suis-je venu en elle ou bien l'inverse ?
Il flottait l'écume blanchâtre de nos émois.
Je me suis noyé dans cette orgie perverse.


Évaluer ce texte
(0 Votes)
Eathanor

De la génération Y certes mais également de celle des Digital Migrants, j'ai troqué à la fin de mon adolescence mon baladeur à cassette pour un lecteur MP3 puis mon vieux modem 56 kb/s pour une connexion câblée. Passionné par la grande toile, je dissémine mes mots à grands coups d'octets et de pixels. Du genre homo sapiens en transition vers un homo numericus en somme :)

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Aucun commentaire sur cet article.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
conditions d'utilisation.
Nous suivre sur Facebook
Nous suivre sur Google+
Nous suivre sur Twitter